Nasum – Grind Finale

14 Commentaires      2 421
Style: grindcoreAnnee de sortie: 2006Label: Relapse

Dupond :
L’industrie du disque est en crise, à n’en point douter. Vous voulez un exemple concret ? Le « promo » reçu par Eklektouille de cette sortie : 2 cds gravés (ce qui en soit ne pose pas de pb), une pochette photocopiée et surtout aucun titre mentionné nulle part. Donc je parlerai de la « track 142 », de la « track 59 » sans être capable de vous en dire plus… Pour un label comme Relapse, ça la fout mal, ils auraient pu au moins nommer les morceaux.
Passé ce désagrément, qu’en est-il donc de ce double album ? Et puis d’abord, est-ce que tout le monde connaît Nasum ? Si je fais une interrogation écrite, tout le monde a 20/20 ?
Résumons : Nasum est né en 1992. En 1993 arrive dans le groupe celui qui deviendra sa figure de proue : Mieszko Talarczyk. Depuis cette époque de nombreuses collaborations, splits et autres joyeusetés voient le jour. 4 disques officiels vont naitre jusqu’en 2004, qui sont autant de bombes à neutrons (pour la liste complète, voyez en bas de page, toute la discographie y est répertoriée). Puis Mieszko a eu la mauvaise idée d’aller batifoler en Asie l’année dernière, il n’en est pas revenu, le tsunami étant passé par là. D’où l’édition de ce Grind Finale, qui compile tous les enregistrements du groupe suédois, excepté les 4 albums officiels. Inutile de dire que l’objet vaut le détour et que son acquisition est plus que recommandée, d’autant que le packaging que va vous décrire Dupont est extrèmement soigné. Tout, tout tout vous saurez tout sur le Nasum (sur un air de Pierre Perret, grand chantre du grind devant l’éternel).
Grind Finale n’est pas à proprement parler l’idéal pour la découverte de Nasum pour le néophyte. Je conseillerais tout d’abord la découverte d’un des 4 albums au choix : Inhale/exhale, Human 2.0, Helvete ou Shift. Et si vous accrochez, alors procurez-vous Grind Finale, qui est beaucoup plus brut que les albums. Le son d’icelui a été bien retravaillé et la puissance qui en ressort est stupéfiante, l’urgence manifeste. Un objet de collection qui risque de ne pas prendre la poussière car c’est meilleur que le benco le matin pour se réveiller.
Ce double album comprend la bagatelle de 152 titres. Un gros pavé. Il faut dire que Nasum n’a pas été avare en collaborations diverses. L’un des intérêts de ce skeud, c’est qu’on peut facilement ressentir l’évolution du groupe, très influencé par Napalm Death à ses débuts jusqu’à avoir trouvé sa marque de fabrique propre très rapidement, pour devenir un incontournable du grind européen. Un groove unique, une rage punk, des cris de cinglé. Voici les principaux ingrédients du combo. Des titres courts, rageurs, intenses, des condensés de mini Hiroshimas in da face ! 152 titres c’est beaucoup et pas assez à la fois. Car, dans un élan maso, on rappuie sur play dès que c’est fini. Une drogue ? Un exutoire ? De la vitamine en barre ? Grind Finale c’est un peu tout ça à la fois et Nasum, ça bute ! Quand je repense qu’on était à peine une centaine à la Loco en octobre 2004 pour voir ce groupe cultissime… Bref…

Que pensez-vous donc de cette offrande nordique, mon cher Dupont ?

Dupont :
Filet de bave languissant mon cher Dupond… Mon doux ! Mon précieux ! Oups là mon caleçon ! S’il y a bien une sortie que j’attendais c’était bien celle-là ! Bien que je ne sois pas le fan de la première heure, j’ai depuis la sortie du Human 2.0 une affection toute particulière pour ce groupe avec comme point d’orgue ce fameux concert à la Loco… Un show intense, violent, le sourire au coin des lèvres ! Ambiance grind by laugh en somme ! Respect et allégeance !
C’est le même esprit qui anime ce Grind Finale. 152 titres compilés par Anders Jakobson, batteur de son état et membre fondateur de la bête Nasum, un livret plus que conséquent, riche en anecdotes, commentaires et photos, une véritable mise à nu sans fioriture. Pas un simple reflet gentiment policé ! Ici ça pue la sincérité et l’expression d’un aboutissement ! Ne vous laissez pas abuser par le prix prohibitif des vautours de la grande distribution. L’objet est en vente sur le net à prix défiant toute concurrence… Esprit grincheux du grind true machin chouette tu peux remballer ta bile… Nasum fait un dernier tour de piste pour un baroud d’honneur superbe et incandescent !
En dehors du fait que ce Grind Finale nous annonce l’intégralité de la production de Nasum sortie sur de multiples EPs, compilations et autres 45 tours (évitant ainsi au grinder de base de se ruiner en achats aussi jouissifs qu’inconséquents), ce Grind Finale possède un écrin de choix avec sa couverture cartonnée digne des grands livres sacrés. Je vous laisse le libre arbitre quant au choix de la couv’. Personnellement ce bleu m’électrise. Pour ce qui est du livret, son contenu se révèle le parfait pendant de la tracklist. Chaque enregistrement est commenté (non sans une certaine objectivité, fait suffisamment rare pour être pointé…) à grand renfort d’humour et d’anecdotes, le tout agrémenté de photos d’époque noir et blanc du plus bel effet. Les textes de chaque morceau font également partie de la fête ce qui ne gâche rien ! Finalement seul le vide laissé par la disparition de Mieszko entache cette sortie.
Vous vous demandiez pourquoi Napalm Death avait retrouvé un regain d’énergie dévastatrice depuis trois albums ? « I’ll go out on a limb and say that my writing for the last three Napalm Death albums is because of Nasum » dixit Shane Embury. C’est aussi simple que ça!

Discographie complete :
1. « Blind World », split 7″ EP with Agatochles (Poserslaughter)
2. Really Fast vol 9, comp LP (Really Fast)
3. Grindwork, comp MCD (Grindwork Productions)
4. « Smile When You’re Dead », split 7″ EP with Psycho (Ax/ction)
5. « Domedagen », demo (self released)
6. « Industrislaven », MCD (Poserslaughter)
7. « World In Turmoil », 7″ (Blurred)
8. « The Black Illusions », split 7″ EP with Abstain (Yellow Dog)
9. Regressive Hostility, comp CD (Hostile Regression)
10. In Defense of Our Future – A Tribute to Discharge, LP/CD (Distortion)
11. « Inhale/Exhale », CD (Relapse)
12. « Inhale/Exhale », LP (Distorion/Relapse)
13. Untitled 7″ – bonus with « Inhale/Exhale » LP (Distorion/Relapse)
14. Contaminated, comp CD (Relapse)
15. « The Nasum Campaign », split 7″ EP with Warhate (Relapse)
16. Relapse Winter 2000 sample, promo comp CD (Relapse)
17. « Human 2.0 », CD (Relapse)
18. « Human 2.0 », LP (Distortion/Relapse)
19. « Human 2.01 », CD (Ritual/Howling Bull) – Japan edition
20. « The Bloodbath is Coming », comp 7″ EP (Putrid Filth Conspiracy)
21. Untitled split 7″ EP with Asterisk* (Black Mask Collective/Busted Heads/Putrid Filth)
22. Requiems of Revulsion – A Tribute to Carcass, comp CD (Death Vomit)
23. Untitled split 7″ EP with Skitsystem (No Tolerance)
24. Polar Grinder, comp LP (Putrid Filth/Manufactured cR)
25. Collapsed, comp CD (Ritual/Howling Bull)
26. « Helvete », LP/CD (Relapse)
27. « Helvete », CD (Ritual/Howling Bull) – Japan edition
28. « Shift », CD (Burning Heart) – World edition
29. « Shift », CD (Relapse) – US edition
30. « Shift », CD (Ritual/Howling Bull) – Japan edition
31. « Shift », LP (No Tolerance/Burning Heart)
32. « Helvete », LP (Vinyl Maniacs/GMR) – picture disc
33. « Human 2.0 », LP (Vinyl Maniacs/GMR) – picture disc
34. « Inhale/Exhale », LP (Vinyl Maniacs/GMR) – picture disc
35. « Grind Finale », 2xCD (Relapse)

 

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

14 Commentaires

  1. pearly says:

    INDISPENSABLE

  2. Neurotool says:

    Pour les non initiés, Dupont c’est moi…

  3. Florent says:

    C’est vrai qu’une dble signature ça serait pas mal pour ce genre de choses… :s

  4. Prout says:

    Dugland et ducon ouais !

  5. Joss says:

    Franchement Darkantigel, c’est bas de signer ses commentaires sous un faux pseudo :-p
    Vilain ! vas donc faire un bisous à nos deux chroniqueurs pour te faire pardonner.

  6. darkantisthene says:

    j’avoue c’est plutôt naze, hum…

  7. Julien says:

    Belle tentative de faire croire que c’est toi pour reveiller l’orgueil du vrai coupable !

  8. Joss says:

    Ouais à mon avis, Alchemist va bientôt avouer…

  9. Ellestin says:

    Le digibook est époustouflant

  10. pearly says:

    un dique pédagogique…. 13 années d’histoire de Nasum relatées par le batteur

  11. AlCheMist says:

    Je pro(u)teste vigoureusement. Je ne me cache aucunement sous un pseudo ridicule pour faire mes blagues grasses, je le fais avec panache à visage découvert… Môssieur, je ne vous salue point !

  12. sixtus says:

    où c’est qu’on peut le trouver sur le ouaibe à prix défiant toute concurrence siouplait ????? :)

  13. Florent says:

    Sixtus : je ne suis pas sûr, mais certainement directement sur le site de relapse…

  14. sixtus says:

    Merci Florent, je l’ai vu sur le Media Market d’Amazon.fr à prix très interessant ! ;)

Répondre à Florent Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *