Meshuggah – Nothing (Remastered)

13 Commentaires      1 936
Style: thrash destructuréAnnee de sortie: 2006Label: Nuclear Blast

Toujours difficile de parler de ces monstres suédois que sont Meshuggah… Pourquoi ? Car leur musique est tellement particulière qu’elle ne peut laisser indifférent et les sensations qu’elle inspire sont très variables d’une personne à une autre. En général soit on rentre dans le jeu des musiciens (ce qui n’est en tout cas jamais une chose immédiate avec Meshuggah, il faut attendre que le déclic se fasse), on vit alors la musique qui acquière son caractère absolument hypnotique, soit au contraire la nausée nous gagne et on a qu’une hâte : presser stop pour mettre fin au supplice.
La raison : une (fausse) déstructuration apparente des morceaux qui fait que tout paraît d’abord bordélique et incompréhensible : une science du rythme qui devient de plus en plus familière à mesure que les metalleux de tout bord commencent à comprendre et maîtriser (près de 10 ans plus tard) les fameuses polyrythmies chères aux suédois : essayez donc de comprendre et suivre le rythme des guitares et rendez-vous compte que cette rythmique n’a rien à voir avec le rythme martelé pendant ce temps par la batterie… Quoi de plus perturbant pour les esprits habitués aux rythmiques faciles que nous sommes fatalement tous de prime abord ?

Mais Nothing donc. L’occasion nous est aujourd’hui donnée en 2006, de parler de ce disque dont la sortie date pourtant de 2002, à l’occasion de la ressortie de l’album par Nuclear Blast, remasterisation, repackaging et bonussage à l’appui.

On retrouve donc un album au son quand même sérieusement retouché, plus massif et plus clair, pour correspondre davantage en puissance à ce que l’on peut entendre sur le récent Catch 33. Pas que la production originelle de Nothing soit mauvaise, loin s’en faut, mais le son de l’album n’a jamais complètement satisfait Thordendal, cerveau de la bande, qui a depuis longtemps émis le souhait de retravailler cet album. Il a donc réenregistré les guitares, changé la cymbale crash (qui avait selon lui un son merdique sur la version originale et qui se trouve en tout cas plus en retrait dans le nouveau mix), triggé la batterie et parfois même retravaillé certaines parties (cf le ralentissement du tempo sur « Nebulous » ou la fin des guitares sur « Closed Eye Visuals »), pour aboutir au plus près à ce qu’il souhaitait pour cet album.

Nothing n’est pas un album facile à apprécier dans sa globalité. Pourtant a contrario, certains titres sont assez directs et « Rational Gaze » -qui est sûrement le titre que je recommanderais à quelqu’un qui souhaiterait découvrir Meshuggah- paraît même complètement irrésistible avec sa rythmique marteau pillon. Mais pris dans sa globalité il apparaît plus que jamais comme un bloc compact, et même si les morceaux sont bien séparés (rien à voir avec le concept derrière Catch 33), la rythmique évolue quasi systématiquement dans un registre proche, ce qui donne de prime abord l’impression d’avoir affaire 10 fois au même morceau (exception faite de « Spasm » qui présente un chant maugréé au lieu de hurlé). Evidemment les écoutes répétées et approfondies convaincront facilement les plus acharnés qu’il n’en est rien et certains passages ne manqueront pas de sortir du lot, comme ces parties de guitare planantes sur « Glints Collide » par exemple ou cette incroyable batterie sur l’excellent « Straws Pulled At Random ». Mais même 4 ans après sa sortie, Nothing reste une œuvre difficile à approcher pour le commun des auditeurs. Une œuvre exigeante mais qui sait récompenser l’auditeur persévérant (malgré son abord difficile, amusant de constater que c’est cet album qui a consacré la notoriété de Meshuggah outre atlantique). Je continue pour ma part à garder une nette préférence pour Chaosphere devant tous les autres albums du groupe, mais Nothing est quand même réellement excellent.

Outre ce nouveau son, ces quelques changements à droite à gauche, cette nouvelle édition présente sur un DVD rajouté, les bonus suivants :
– 3 titres (« Straws… », « In death is Death » et « Future Breed Machine ») en live enregistrés en Angleterre pendant le set de 2005 au Download Festival : la prestation est excellente et le son de très bonne qualité.
– 3 clips officiels ensuite : celui de « Rational Gaze » qui illustre très bien ce superbe morceau, le clip psychédélique de « Shed » (tiré de Catch 33) et enfin l’hilarant et ultra connu clip du mythique « New Millennium Cyanide Christ » (tiré de Chaosphere), qu’il est bon de voir enfin posé sur une galette tant sa réputation culte n’est pas usurpée. Un clip qui montre bien que malgré la rugosité et l’aridité de leur musique, les musiciens de Meshuggah n’en ont pas pour autant oublié de ne pas se prendre au sérieux.
– Et puisqu’on parle d’humour, quoi de plus amusant que de découvrir le côté bout-en-train (qu’on n’aurait pas soupçonné à le voir sur scène) de Jens Kidman, chanteur grimaçant de son état. Ce dernier s’illustre d’une hilarante façon dans le dernier bonus de cette édition, le clip fait maison par lui, de « Rational Gaze » et qui permet de voir Mr Kidman, occuper tous les postes de Meshuggah, diverses perruques à l’appui, tout en nous gratifiant de ses meilleurs grimaces. Enorme.

Alors indispensable ou pas cette réédition ? Certes non, mais ce n’est pas non plus une vulgaire arnaque, le nouveau son vaut le détour, et les bonus s’ils ne sont pas très conséquents, sont néanmoins très sympas. Si vous avez déjà Nothing l’investissement est quand même bien sûr à réfléchir, en fonction de votre degré de « fanitude ». Si vous ne l’avez pas, il serait ridicule d’acheter l’ancienne édition, cette nouvelle étant meilleure à tous niveaux (même le packaging est plus sympa, et j’ai oublié de préciser que le nouveau livret contient cette fois les paroles de chaque morceau). A vous de voir !

PS : la note est celle de l’album, indépendamment de la version rééditée ou non…

  1. stengah
  2. rational gaze
  3. perpetual black second
  4. closed eye visuals
  5. glints collide
  6. organic shadows
  7. straws pulled at random
  8. spasm
  9. nebulous
  10. obsidian
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 803 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

13 Commentaires

  1. Peleaub says:

    Putain je la veux cette ré édition,j’en entend que du bien et en plus j’ai pas Nothing alors c’est une bonne occasion.

  2. guim says:

    Le nouvel album est prévu pour 2007 (j’espère qu’il sera à la hauteur des attentes de Thordendal cette fois ci héhé),à la vue de ce qui est dit,je pense que je vais me le procurer ce « Nothing remastered »,à la base je m’en foutais un peu,mais juste pour les deux trois bonus et la correction du son je dis finalement,pourquoi pas.

  3. Pouet says:

    C’est quoi le « nouveau packaging » ?

  4. FireCat says:

    Finalement heuresment que je ne l’avais pas acheté jusque là. Je veux.
    Mon préféré reste Destroy Erase Improve \o/

  5. krakoukass Krakoukass says:

    Le nouveau packaging c’est un nouveau livret, et un fourreau pour le cd. Pas transcendant mais nettement plus joli que le précédent.

  6. OYC says:

    Destroy Erase Improve. Oui!

  7. fewz says:

    Destroy Erase Improve VS Chaosphere… mon coeur balance… en tout cas je jetterai une oreille sur ce remastered.

  8. Head says:

    Nothing v2.0 !
    Vous pouvez jeter l’ancienne version !

  9. Pouet says:

    Même pas un digipack, quelle bande de nazes.

  10. Blood Mountain says:

    Moi ca va j’ai mis un peu plus d’un an pour cerner le groupe (la premiere fois que j’ai découvert c’etait dans un épisode de la famille Osbournes et j’avais pris l’album Chaosphere juste pour me foutre de leur gueule parce que je trouvais ca « inaudible ») donc j’ai laissé tombé rapidement et un peu plus d’un an après paf le coup de foudre pour les compos, rythmes syncopés et solis destructeurs.
    En tout cas bonne idée que ce remastering !
    Est-ce que les autres albums sont aussi prévus pour etre remasterisés ?

  11. Ross le rouge says:

    malheureusement pour nous,ou pour moi,je pense qu’ils ne feront jamais aussi bien que »destroy »,cet album,je l’ai trouvé assez chiant malgres tout le travail derriere,remastériser ou pas,ca ne changera pas la donne pour moi,j’attend mieux pour l’album 2007

  12. LPA says:

    Cet album entre en plein dans la vague des batteries qui « cliquent » (très compressées et surtout peu de patate dans les bas-mediums et les mediums), telles les batteries sur les derniers Devin Townsend (en même temps ce sont les même samples de batterie vous me direz, oui, mais j’utilise moi-même Drumkit From Hell et j’obtiens un son bien différent !). Bref je préfère largement le Nothing original, la batterie est bien plus chaleureuse, le son global est très « batcave », underground avec cette réverb d’ensemble bien froide qui n’est plus là sur le remaster… Mais bon : histoire de goûts hein !

  13. stengah says:

    Ca n’est pas qu’une question de gout je crois, le son est vraiment pourrav sur ce « remastering » avec ses guitares qui sortent d’un tube et le son de drums sans aucune personnalité. Autant sur C33 ca avait un sens, sur I également, mais la sur nothing ca n’avait pas d’interêt. Dommage qu’ils continuent avec obZen :'(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *