Septic Flesh – The Great Mass

3 Commentaires      1 835
Style: Symphonic Epic Death MetalAnnee de sortie: 2011Label: Season of MistProducteur: Peter Tägtgren

On va pas pisser de la ligne au kilomètre car le cas de cet album est assez simple. Attendu par une horde de metalleux, ce nouvel album des Dieux grecs ne déçoit pas, et s’avère aussi magistral qu’indispensable pour cette année 2011. On pourrait d’ailleurs se contenter de mentionner qu’il fait passer le pourtant très bon Communion, pour un simple brouillon, tant le travail de mariage de leur death metal à la dimension symphonique, une fois encore portée par l’Orchestre Philarmonique de Prague, est ahurissant et abouti.

Tout est ici une version + de ce qu’on avait eu en 2008. Pourtant à peine plus long que son prédécesseur (5 minutes de plus grosso modo), cet album est beaucoup plus satisfaisant et ne laisse pas sur sa faim comme pouvait le faire Communion. C’est sans doute une plus grande variété des thèmes évoqués, et une meilleure synthèse de l’ensemble de leurs travaux passés (on retrouve vraiment des approches mélodiques qu’on croyait enterrées depuis longtemps) qui explique ce fait.

La variété en question rend l’album au global plus difficile et long à assimiler que son prédécesseur, car même si des titres accrochent l’oreille dès la première écoute grâce à leur côté frondeur et puissant (« Pyramid God », phénoménal ou « Vampire From Nazareth » grosse tatane), d’autres demandent plusieurs écoutes comme « Five-Pointed Star » et son faux départ apaisé, ou l’étrange « The Undead Keep Dreaming » dominé par la voix de Sotiris. Mais comme souvent avec un album exigeant, le résultat au final n’en est que plus satisfaisant et la durée de vie de l’album s’en trouve augmentée en conséquence.

La voix de Spiros, plus monstrueuse et dragon voice que jamais, est encore plus harmonieusement complétée par celle de son compère Sotiris, toujours délicieusement nasillarde et belle à la fois (putain mais écoutez « Apocalypse », une véritable bombe). On retrouve même un chant féminin, complètement absent de Communion, même si cette présence reste limitée au titre « A Great Mass of Death », dans un registre un peu différent de celui de Nathalie Rassoulis, différent mais non moins réussi.

Produit par Peter Tägtren, l’album possède en outre un son absolument monstrueux dans lequel les guitares ne prennent pas le pas sur l’orchestre symphonique, et vice versa, jamais la dimension symphonique dans un album de métal n’avait paru aller aussi loin en mettant les instruments classiques et les instruments « métal » sur le même plan d’égalité.

Bref s’il n’y avait qu’un seul album de métal à acheter en 2011 ce serait sans aucun doute celui-ci, à moins vraiment d’être complètement allergique au style des grecs et à leurs gimmicks mélodiques instantanément identifiables (cf ce « Rising » qui porte fort la marque des grecs) pour le meilleur.

Magnifique, tout simplement.

Tracklist :

01 – The Vampire From Nazareth
02 – A Great Mass of Death
03 – Pyramid God
04 – Five-Pointed Star
05 – Oceans of Grey
06 – The Undead Keep Dreaming
07 – Rising
08 – Apocalypse
09 – Mad Architect
10 – Therianthropy

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 889 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. ego says:

    En phase avec la chro, sans doute leur meilleur album depuis Revolution DNA. De l’immédiat, du fouillé, cet opus mérite plusieurs écoutes. Plus abouti que Communion et la part belle aux parties de voix claires de Sotiris, que du bon. Et oui « Apocalypse » a le potentiel de titre culte (parmi d’autres) du groupe.

  2. Kane says:

    Septic Flesh réussit la symbiose parfaite entre metal et musique symphonique. Ca ne sonne jamais « Disney metal », ou de manière trop pompeuse. L’amalgame entre instruments « metalliques » et l’orchestre est juste incroyablement naturel. Leur meilleur album depuis RDNA et Sumerian Demons, et peut être même leur meilleur album tout court.

  3. Ennoia says:

    Chronique bien envoyée, cet album est extrêmement addictif. Le son et les compos sont excellents, les arrangements sont d’une finesse rare et l’ensemble est très bien équilibré. De plus le travail sur les voix ajoute bien à la dimension inquiétante sur certains titres. Bref, bonne claque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *