Porcelain Raft – Strange Weekend

1 Commentaire      2 088
Style: Dream Pop / ElectroniqueAnnee de sortie: 2012Label: Secretly Canadian

Nouveau venu sur la scène Dream Pop, Porcelain Raft sort son premier album au format CD après cinq EP et un album exclusivement disponible en téléchargement payant. Fraîchement exilé à New York, Mauro Remiddi, l’homme à tout faire du projet entame l’année 2012 avec « Strange Weekend » qui s’impose comme une véritable révélation et par la même occasion comme un sacré coup de cœur.

Le premier contact avec la musique de Porcelain Raft est franc quant au style abordé: ambiances sucrées, voix blanche shoegazienne et une couche de claviers aux sonorités électroniques parfois analogiques permettant de plonger immédiatement l’auditeur dans une atmosphère dream pop digne des grands moments de la fin des années 80, début 90. Les basses, puissantes, apportent un contraste appréciable en élargissant clairement le spectre sonore donnant ainsi une amplitude jouissive. Idéal pour ce type de production dont l’intérêt majeur réside dans l’utilisation d’une multitude de nappes de claviers et de vocaux éthérés. L’entêtant « Drifting In And Out » illustre d’emblée cette démarche et s’avère être l’un des titres forts de cet opus en compagnie du Slowdivien « Shapeless And Gone » au final électrique d’une justesse imparable. Porcelain Raft varie aussi les plaisirs en orchestrant « Is It Too Deep For You? » de manière presque dark-folk, rappelant les productions de Rome dans ses échos de basses et ses tambourins. « Put Me To Sleep » n’est pas en reste et se présente avec une certaine fraîcheur sous une forme plus simple, plus innocente et moins chargée que ses prédécesseurs dans la composition.

Cependant la grosse claque de l’album vient à point nommé: « Unless You Speak From Your Heart » et ses beats trip-hop, ses chœurs aspirés, ses parties vocales faciles mais accrocheuses et sa lead de guitare électrique confèrent une marche dansante qui touche la cible en pleine extase. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire le tube de « Strange Weekend ». « The End Of Silence » reprend une nouvelle fois la recette du shoegaze à la Slowdive malgré son introduction aux relents d’Asie pas forcément du meilleur goût. Fort heureusement la suite relève le niveau et propose une ligne directrice un tantinet rock. Le final de « Strange Weekend » est d’ailleurs orienté dans cette voie, « Picture » fait instinctivement penser au rock dépressif de Joyless dans son jeu vocal (à se demander si Ida Helleboe ne pousse pas la chansonnette sur la fin du morceau) et sa rythmique latente. « The Way In » conclut l’album avec une touche 70’s marquante à l’ambiance nostalgique parfaitement réalisée et permet ainsi de boucler un premier album extrêmement plaisant, accessible mais bien réfléchi dans le processus de composition. A découvrir d’urgence.

Tracklist:

1- Drifting In And Out (3:14)
2- Shapeless & Gone (3:45)
3- Is It Too Deep For You? (3:46)
4- Put Me To Sleep (3:53)
5- Backwords (4:07)
6- Unless You Speak From Your Heart (3:35)
7- The End Of Silence (3:09)
8- If You Have A Wish (2:19)
9- Picture (3:03)
10- The Way In (3:27)

http://porcelainraft.com/

http://porcelainraft.bandcamp.com/

 

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. krakoukass krakoukass says:

    Pas mal du tout en effet… Le chanteur me fait penser à Beigbeder sinon. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *