Gojira – L’Enfant Sauvage

1 Commentaire      2 764
Style: Death GojiresqueAnnee de sortie: 2012Label: RoadrunnerProducteur: Joe Duplantier & Josh Wilbur

5ème album de la formation bayonnaise, dont l’exportation commence à être une réalité bien concrète (notamment aux Etats-Unis où le groupe semble maintenant jouir d’une popularité importante -toutes proportions gardées bien sûr), l’Enfant Sauvage voit Gojira désarçonner ceux qui attendaient d’abord le finalement retardé EP Sea Shepherd (celui où l’on retrouvera moult guests, Randy Blythe, Devin Townsend, Fredrik Thordendal, Anders Friden, Max Cavalera).

Dès le démarrage de « Explosia » et ses harmoniques sifflantes caractéristiques, on sait qu’on est en terrain connu. Il y a bien un final un peu original avec ses sonorités presque moriconniennes, mais lorsqu’on est familier du genre pratiqué par les 4 français, on est tout de suite à l’aise dans ces 11 nouvelles compositions. C’est d’autant plus vrai que Gojira semble avoir choisi de conforter son style, sans rupture, mais en misant sur une efficacité (que certains assimileront un peu vite à une tentative de drague du public américain) plus que jamais au rendez-vous, avec un style plus direct, moins complexe (là encore toutes proportions gardées, Gojira ne proposant pas une musique complexe en comparaison d’autres groupes de metal, mais encore bien trop complexe pour plaire à votre petite cousine). Le démarrage de l’album est toutefois un peu trompeur : « L’Enfant Sauvage » vous cloue direct au mur, de même que « Liquid Fire », efficacité maximum, tandis que « The Axe » fait le lien avec le passé pour un titre qui n’aurait pas dénoté sur From Mars To Sirius. La suite montre une facette plus mélancolique, toujours agressive, mais plus calme, comme si une sorte de « force tranquille » émanait désormais du groupe, sûr de son fait.

Résultat : les titres les plus marquants (bien qu’il n’y ait rien à jeter) sont peut-être finalement justement les plus « lents » (là encore mettons les guillemets dans le sens où beaucoup de titres mêlent passages mélancoliques et passages plus agressifs, mais il s’agit d’une impression générale) situées en 2ème partie d’album : « Mouth of Kala » et ses chœurs entêtants, « The Gift of Guilt » et sa superbe mélodie en tapping (qui sortira difficilement de la tête une fois entrée), le faux calme « Pain is a Master », et le superbe mais trop court « Born in Winter » (tapping au rendez-vous encore) sur lequel Joe laisse davantage s’exprimer sa voix claire. Là encore la mélancolie l’emporte et on succombe sans mal. Tout cela avant que « The Fall » montre une facette plus sombre avec cette fois des vocaux plus « death » que d’habitude.

Sans être le meilleur album du groupe, L’Enfant Sauvage reste un album magistral, plus aéré, plus efficace et donc en tout cas nettement plus digeste et réussi que son prédécesseur qui contenait de sérieuses longueurs (et des titres faibles). Certains seront (et sont déjà) déçus par cette voie choisie par le groupe mais Gojira apparaît indéniablement plus rôdé et sûr de ses acquis que jamais, l’expérimentation et le renouvellement viendront certainement par la suite (ou pas). Patience.

L’édition limitée de l’album contient 2 titres bonus (« This Emptiness » très bon, et « My Creation » un peu moins mais très correct) et un DVD bonus avec un live de 11 titres aux Eurockéennes.

 

Tracklist :

1. Explosia
2. L’Enfant Sauvage
3. The Axe
4. Liquid Fire
5. The Wild Healer
6. Planned Obsolescence
7. Mouth Of Kala
8. The Gift Of Guilt
9. Pain Is A Master
10. Born In Winter
11. The Fall
12. This Emptiness (bonus track)
13. My Creation (bonus track)

+DVD Live aux Eurockéennes (bonus)

 

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 758 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Angrom angrom dit :

    Après quelques écoutes, je reprocherais à cette album de manquer un peu de surprise. Attention on reste dans le très bon et j’ai beaucoup de plaisir à l’écouter, mais je trouve que cela manque un peu d’originalité et de prise de risques (le commentaire classique du gars qui trouve que le groupe évolue pas, et qui aurait ralé dans l’autre sens s’ils avaient évolué :) ). Ceci dit ca reste dans le haut du panier , sans le moindre souci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *