Ceipheide – Respire

Pas de commentaires      720
Style: black metalAnnee de sortie: 2016Label: autoproduction

Les parisiens de Ceipheide donnent enfin une suite à leur premier album De silence et de suie. Respire ne se compose que de deux titres mais particulièrement longs (17 et 19 minutes) afin de permettre au groupe de développer son black metal atmosphérique fait de douleur lancinante, de rage torturée et de tristesse, beaucoup de tristesse…

La production s’est considérablement améliorée depuis le premier album. Le gros point faible de De silence et de suie a été corrigé sans pour autant en faire trop, partir dans les effets ou la grandiloquence, Cepheide a fort heureusement su conserver cette authentique aura, froide et mystérieuse, marquant leur univers sonore.

« Le Souffle Brûlant de l’Immaculé » alterne passages mélancoliques et accès rageurs tourmentés, les plans se succèdent, installant parfois un climat assez serein, parfois seulement instrumental, contrasté par des descentes tragico-haineuses. Le temps semble s’arrêter, ces 17 minutes passent à une vitesse folle tant le pouvoir d’hypnose de Ceipheide est impressionnant.

Même effet ou presque pour « La Chute d’une Ombre » en dépit de son intro minimaliste un petit peu trop longue. Mais la suite est simplement incroyable d’intensité, de sa première partie typiquement « cascadienne » mais tout à fait saisissante avant de laisser place à ce break totalement inattendu (un peu brutal même), presque post-rock ensuite avant de se muter en une masse vaporeuse informe à la mélodie envoûtante tandis que la batterie se donne des allures martiales dans le lointain. Ce jusqu’à ce redémarrage pour un final qui mêle le désespoir le plus total à des plans ultra épiques.

Et c’est là la force de Ceipheide, ouvrir de multiples tiroirs quitte à faire croire qu’il se disperse alors que tout est maîtrisé et cohérent. Désormais encore plus proche de ce que produisent des groupes de black de chez Profound Lore tels que Ash Borer, le groupe parisien joue une nouvelle fois sur les contrastes dénuement/densité pour nous immerger dans leur pessimisme glacial. Ne te plains plus de la chaleur estivale, écoute cet album et Respire !

  1. Le Souffle Brûlant de l’Immaculé
  2. La Chute d’une Ombre

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *