Mutoid Man – War Moans

Pas de commentaires      6 349
Style: Mélodic hardcore metal/punk/heavy/indieAnnee de sortie: 2017Label: Sargent House

Avant de lire la suite si vous n’avez jamais entendu parler de Mutoid Man, je vous invite à faire un détour par la chronique du premier album, Bleeder, petite merveille sortie en 2015, et dont ce War Moans est donc la suite directe. Pas de grosse surprise globalement, on est clairement dans la continuité du précédent album, et on ne peut que s’en réjouir tant le savoir-faire du groupe semble complètement intact.

Dès « Melt Your Mind », nous voilà à nouveau harponnés comme au premier jour. Un tel talent pour mélanger la furie du hardcore avec la mélodie et les riffs metal, ça devrait être enseigné en université. Evidemment on pense souvent aux groupes d’origine des deux lascars. Comment ne pas encore penser à Converge sur « Micro Aggression » qui démarre pied au plancher et illustre encore une fois à merveille comment une fusion (sur le papier plutôt improbable) Converge / Cave-In peut sonner avec l’apport énorme du timbre inimitable et immédiatement reconnaissable de Brodsky ?

Mais le groupe n’est pas qu’agression et est surtout aujour’hui bien plus que la somme de ces deux parties. Mutoid Man prouve sur cet album qu’il sait aussi poser son jeu, à l’image de « Kiss of Death » aux riffs franchement lourds, mais au rythme plus mesuré, sur lequel les parties vocales de Brodsky sont parfois discrètement vocodorisées en doublage (petite nouveauté qu’on retrouve sur plusieurs titres). Idem sur « Wreck and Survive » sur lequel une voix féminine (à moins que ce ne soit la voix trafiquée de Brodsky, le doute demeure à ce stade) vient contribuer tandis que Ben Koller finit par martyriser ses fûts après s’être retenu tout du long. Ailleurs les chœurs (discrets) ou les voix doublées évoquent parfois Queens of the Stone Age, en plus lourd. Au rayon « posé », on trouve enfin la « ballade » conclusive « Bandages » qui se durcit au fur et à mesure que les minutes s’égrènent, et amène finalement son riff orgasmique et ses solos hallucinés. « Date with the Devil » sonne pour sa part délicieusement vintage jusque dans certaines intonations de Brodsky. Il y a d’ailleurs un côté légèrement kitschouille qui sied à ravir au groupe et à ses compos.

Renforçant ce sentiment, on a le sentiment que Mutoid Man a injecté une dose supplémentaire de heavy dans certains passages du disque (il y en avait déjà mais en moindre quantité sur le précédent). Il y a d’abord ces élucubrations vocales totalement jouissives de Brodsky sur « Headrush » en mode power metal super aigu. Mais ce n’est pas tout, puisque les riffs, vocaux (et même le titre!!) de « Irons in the Fire » sonnent clairement heavy, le tout passé à la moulinette hardcore/metal qu’on attend du combo Brodsky / Koller. Idem dans une moindre mesure sur « Open Flame », qui ressemble aussi un peu à du Mastodon survitaminé.

Pour faire simple Mutoid Man est désormais bien plus qu’un simple side project, mais un groupe à part entière qui botte les culs comme jamais en moins de 40 minutes sur ce War Moans rigoureusement indispensable et jouissif en diable!

Tracklist :
1. Melt Your Mind    02:10
2. Bone Chain    02:21
3. Micro Aggression    02:30
4. Kiss of Death    03:38
5. Date with the Devil    02:53
6. Headrush    02:28
7. Irons in the Fire    03:29
8. War Moans    03:38
9. Wreck and Survive    03:11
10. Afterlife    03:10
11. Open Flame    04:26
12. Bandages    04:42

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 901 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *