Various Artists – Dark 80’s

Pas de commentaires      872
Style: diversAnnee de sortie: 2009Label: Atropine Records

Organisateur de concerts sur Lyon, le label Atropine Records n’a derrière lui que quelque sorties. Seven Bowls of Wrath, Caldera et l’édition en vinyle du fameux Nord de Year of no Light que l’on retrouve sur cette compilation. Celle-ci propose à quatre groupes français de reprendre des morceaux qui ont marqué l’imaginaire pop des années 80 avec des mélodies à la fois sombres et délicieuses. Deux titres de The Cure, une de Killing Joke et une de Joy Division.

Le duo basse/batterie de One Second Riot prend en main « One hundred years » de The Cure et se tient au titre original avec les moyens du bord. Pas de guitare donc une mélodie à la basse. Le rythme est moins mécanique que dans l’original. Plus rock, plus brut mais pas moins efficace. La voix suit le mouvement et se cale sur le ton donné par Robert Smith. Si ce n’est lui ce serait donc son frère. La musique de One Second Riot est mise au service de celle de The Cure avec une pointe d’originalité tout de même.

Abronzius prend par contre plus de risques et abandonne un peu les machines des quelques titres qui ont été composés par ce très jeune duo venu d’Overmars (respectivement Marion à la basse, et Typhaine au clavier). Leur musique est beaucoup plus oppressante que dans la maison mère mais elle apporte pour cette reprise un peu de menace en ralentissant le tempo. La mélodie mélancolique persiste en se transformant en douleur lancinante soulignée par une seconde voix perçue au lointain comme une prière perdue.

L’électronique intervient avec Kill the Thrill dont la reprise en mode industriel de « The pandys are coming » de Killing Joke sait faire la part entre l’identité du groupe et la leur. Récité avec une sorte de distance, le texte de Jaz Coleman interprété par Marylin Tognoli n’atteint pas la folie de son auteur. En revanche, le son de Kill the Thrill est beaucoup plus lourd. Chargé d’une technologie plus performante que les outils dont disposait Killing Joke en 1982 lors de l’enregistrement de Revelations. Ce n’est pas du jeu mais ça convient très bien à cette reprise administrée avec une précision et une efficacité mécanique.

Enfin, Year of no Light se colle à la reprise qui leur pendait au nez, celle d’un titre de Joy Division. Les nappes shoegaze des guitares comblent la mélodie d’origine tandis que la voix maintenant disparue de Julien Perez chante ses derniers mots sur ce titre qui sera son dernier morceau en leur compagnie. Celui-ci réussit à imiter, sans trop pomper, la voix de Ian Curtis. En sachant qu’il s’agit d’une reprise on accepte bien l’incartade aux hurlements ou à l’absence de voix à laquelle Year of no Light nous a habitués. En reprenant la mélodie d’origine et en y ajoutant son propre son, Year of no Light a su faire sien ce dernier titre d’une compilation qui ne connaîtra, certes sur seulement quatre titres, aucune baisse de qualité. Quatre reprises, quatre groupes et huit personnalités exprimées.

  1. one second riot – one hundred years (the cure)
  2. abronzius – charlotte sometimes (the cure)
  3. kill the thrill – the pandys are coming (killing joke)
  4. year of no light – disorder (joy division)

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *