Marilyn Manson – We Are Chaos

Pas de commentaires      319
Style: Rock Annee de sortie: 2020Label: Caroline Records

Je le sentais bien celui-là… Une écoute du single et morceau-titre de l’album avait piqué ma curiosité et m’avait rendu plutôt impatient d’entendre le nouvel album de Brian Warner sur lequel je me suis jeté dès son leak sa sortie.. J’avais pourtant décroché depuis un moment des sorties de Manson, et les deux derniers albums tout acclamés qu’ils furent, ne m’avaient pas intéressé outre mesure,  même si je saluais tout de même la prise de risque consistant à ne pas se reposer sur ses lauriers en proposant éternellement une resucée de ses premiers méfaits. Mais cette fois… Bim! Le déclic.

Alors c’est sûr « We Are Chaos » est une petite pépite tubesque en diable, et de très loin le morceau le plus pop et infectieux de ce nouvel album. Il est aussi étonnamment guilleret en apparence, en apparence seulement car les paroles sont toujours aussi sombres et plutôt pessimistes (« we are sick, we can’t be cured » tiens voilà qui est d’actualité) à l’image de ce clip bien noir.

Pour autant, et même si le reste est peut-être un peu moins tubesque (quoique…), on sent bien que la préoccupation première de Warner sur son nouvel album, était de mettre en avant la mélodie. Et si l’association de Warner avec Shooter Jennings (artiste connu dans le monde de la …country) avait pu faire lever quelques sourcils, pas d’influence country dans la musique de Marilyn Manson pour autant (allez tout juste reconnaîtra-t-on que le son de guitare de « Solve Coagula » en début de morceau sonne un poil « country » quand même, mais c’est vraiment la seule trace), mais plutôt un album bien rock, bien mélodique donc (peut-être l’influence de Jennings?), et qui ne rechigne pas à mêler piano/synthé avec des éléments plus synthétiques. On pourrait en fait décrire cet album comme une version plus rock de Mechanical Animals, ce qui me convient d’autant mieux que ce dernier est probablement mon album préféré des premières années du maître. Manson a lui même décrit ses influences sur cet album comme à aller chercher du côté de Bowie et Alice Cooper, dont il s’est d’ailleurs souvent revendiqué. Chaque titre contient son petit refrain mémorable, et très mélodique, qu’il choisisse d’aller dans un registre plus metal/rock (comme l’introductif « Red Black and Blue » qui rappelle les anciennes gloires de Manson, « Don’t Chase the Dead » ou le superbe « Infinite Darkness » qui révèle un refrain irrésistible) ou carrément pop, à grand renfort de backing vocals en mode « ah ah » sur « Paint You With My Love » qui commence comme une balade sage, et qui se termine avec quelques dissonances.

Contrairement à ces deux précédents albums sur lesquels il jouait au crooner torturé, Manson chante bien, sans excès toutefois, avec juste ce qu’il faut dans son timbre qui reste immédiatement reconnaissable et porte en lui cette « patte » Manson.

Si Warner n’a jamais été homme à se préoccuper de la bien-pensance et a fait de la provocation son fonds de commerce en incarnant Marilyn Manson, on le sent assagi depuis maintenant plusieurs albums. Sans doute a-t-il réalisé que la provocation se joue maintenant au plus « haut » niveau, niveau avec lequel il ne peut plus rivaliser (coucou Trump!). Et ce dernier album confirme cet état de fait en étant simplement un putain de superbe album de rock qui ne cherche pas à jouer la carte de la provocation, avec des morceaux aux structures plutôt simples pour une durée « normale » de 40 minutes. Mais derrière cette « simplicité » on trouve tout simplement le meilleur album de Manson depuis longtemps (The Golden Age of Grotesque au moins)…

A noter que l’édition cd est malheureusement décevante, avec un gatefold minimaliste dans lequel il n’y a aucun compartiment prévu pour ranger le livret/poster, qui en vient donc à se balader entre les deux rabats du gatefold… Dommage, ça méritait mieux à mon sens, surtout avec (avis personnel) une pochette vraiment chouette.

Tracklist:
01 – Red Black and Blue
02 – We are Chaos
03 – Don’t Chase the Dead
04 – Paint You With My Love
05 – Half-Way & One Step Forward
06 – Infinite Darkness
07 – Perfume
08 – Keep My Head Together
09 – Solve Coagula
10 – Broken Needle

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 945 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *