Wobbler – Dwellers of the Deep

Pas de commentaires      99
Style: prog rockAnnee de sortie: 2020Label: Karisma Records

Wobbler est un groupe norvégien avec une vingtaine d’années d’existence, qui a sorti des albums avec parcimonie, Dwellers of the Deep étant leur 5ème. Ils sont pour moi tout simplement les champions du prog rock 70s revisité aujourd’hui, leur musique est 100% vintage « dans le style de » Yes ou Gentle Giant, ou Camel ou Wishbone Ash, avec les mêmes sonorités et instruments, les claviers typiques, les harmonies de voix aigues, le sens de la virtuosité et les compositions aventureuses, mais modernisé avec plus de puissance.

Les claviers des années 60/70 sont évidemment caractéristiques car ce sont les premiers instruments de ce genre, des orgues électriques, analogiques à l’époque, instruments qui ont chacun un son bien reconnaissable et donnent une touche particulière aux morceaux. On peut citer les termes Mellotron, Hammond, Moog. J’aime beaucoup les claviers de ce genre, le Fender Rhodes aussi, et j’ai beaucoup de mal avec les synthétiseurs à partir des années 80. Du coup pour moi le prog classique est celui qui utilise ces instruments, celui du débuts 70s.

J’ai découvert le groupe avec Rites of Dawn en 2011, un album excellent tout comme le suivant From Silence to Somewhere en 2017 qui est l »album qui leur a offert un peu de notoriété méritée. Dwellers of the Deep arrive donc  alors que le groupe commence à avoir un certain succès. L’album comporte seulement 4 morceaux mais c’était déjà le cas du précédent, et ils sont bien sur longs, l’album dure 45 minutes. Le groupe est au sommet de son art, il a l’expérience, l’expertise, et d’un autre coté a eu le temps et le matériel pour enregistrer cet album.

Que dire d’autre à part que Wobbler reste la pointure quand on parle de prog retro 70s en 2020. Ce n’est pas que leur musique soit trop proche des références des 70s évoquées, ce n’est même plus le cas tant que ça et les 4 morceaux de l’album sont assez différents les uns des autres. Avec de telles références capables de prouesses virtuoses et qui expérimentent dans tous les sens, ce n’est évidemment pas de la copie mais bien une nouvelle référence du genre. J’adore le coté hyper rythmé, sautillant, mais parfois aussi bien puissant, hard rock des Scandinaves, et en particulier les Norvégiens savent y faire dans le genre (Pain of Salvation, Beardfish, Leprous, Anekdoten, Anglagard, The Flower Kings, Magic Pie, Kaipa etc).

https://wobbler.bandcamp.com/album/dwellers-of-the-deep

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 509 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *