Anna Sage – S/T

Pas de commentaires      163
Style: hardcore chaotiqueAnnee de sortie: 2022Label: Klonosphere/Season Of Mist/Dingleberry Records/Itawak Records/Urgence Disk Records/Vox Project/Zegema Beach RecordsProducteur: Francis Caste

Après deux EP remarqués dans le microcosme du hardcore pour fans d’équations et autres parallélépipèdes rectangles (The Fourth Wall en 2014 et Downward Motion en 2018), les frenchies Anna Sage respectent à nouveau leurs quatre années entre deux livraisons mais passent cette fois à la vitesse supérieure. Signature sur un label conséquent (Klonosphere via Season Of Mist, mais aussi d’autres plus modestes structures pas piquées des hannetons comme Zegema Beach, Dingleberry ou Itawak Records), retour de Francis Caste (Kickback, Hangman’s Chair…) derrière la console et format plus étendu pour célébrer leur véritable premier album.

Un premier album qui ne tergiverse pas bien longtemps avant d’envoyer le bousin: « The Holy Mice » ne prenant que quelques secondes de calme avant une tempête bien chaotique où cris déchirés et riffs volubiles nous ramènent directement dans le sillage de – entre autres – Botch, Converge et The Dillinger Escape Plan.

Des influences immédiatement décelables mais Anna Sage parvient à sonner frais grâce à un agencement pointilleux de ses (dé)structures, calant des accalmies quand il faut pour mieux redémarrer ensuite (le pont de « Sinner Ablaze »), multipliant les inclusions de mélodies au milieu de sa rage (par exemple les notes de guitare en fin de « The Deadly Mess Of A Dying Head » ou le frénétique « Hostile Cage ») et sachant se montrer convainquant même lorsque le rythme ralentit franchement (« Loveless », le break de « Lost In A Frame » annonçant une incroyable seconde partie de post-hardcore déchirant).

Ainsi Anna Sage ne donne pas uniquement dans l’hystérie et l’épilepsie inhérentes au genre mais propose de nombreuses nuances émotionnelles à sa violence cathartique. Via d’étonnants breaks ou des passages ralentis ajoutant des notes plaintives à leur chaos (« Walls Of Hate » ou « …The Serpents », exemples tous deux plus ambiancés), le quartet demeure sur la brèche, conservant son intensité quoi qu’il arrive.

Ce premier album éponyme d’Anna Sage est un modèle d’efficacité, la hargne démente du hardcore chaotique y rencontrant à multiples reprises les crescendos du post-hardcore. Et si au petit jeu des comparaisons, j’ai parlé plus haut des (ex)leaders de cette scène chaotique, il faut y ajouter celle de feu-I Pilot Daemon qui maniait avec la même dextérité/intensité ce mélange de rage et d’émotion à vif (on retrouve d’ailleurs Romain « Iamsailor » Barbot, ex chanteur du groupe toulousain derrière le très bel artwork). Une très plaisante tornade de nerfs et de larmes à se prendre de plein fouet très prochainement en live, une tournée arrivant d’ici la fin du mois.

  1. The Holy Mice
  2. Sinner Ablaze
  3. The Deadly Mess Of A Dying Head
  4. Loveless
  5. V
  6. Hostile Cage
  7. Lost In A Frame
  8. Double Bind
  9. Walls Of Hate
  10. Silence…
  11. …The Serpents

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.