Helga – Wrapped in Mist

Pas de commentaires      256
Style: Ethereal Folk et MetalAnnee de sortie: 2023Label: Season of Mist

Une chanteuse scandinave au timbre enchanteur, qui décide de laisser parler ponctuellement son penchant pour le metal (jusqu’à flirter avec le black metal) et de le mêler aux influences issues de ses racines folk scandinaves dans sa musique, ça vous rappelle peut-être quelque chose ? On dirait effectivement que l’américano-danoise Myrkur vient de se trouver de la concurrence avec la suédoise Helga qui vient chasser sur ses terres. Et qui en plus le fait bien, si l’on en juge par ce premier album tout à fait intéressant et réussi.

Je dirais même qu’en comparaison du dernier album de Myrkur chroniqué il y a peu dans ces pages, Wrapped in Mist semble plus homogène et abouti, et apparaît moins (en tout cas à mes oreilles) comme un exercice de style un peu forcé et vain.

Helga (Gabriel) s’est entourée d’une section rythmique très compétente, composée de trois amis d’enfance ayant officié dans différents groupes complétée d’un batteur avant de tomber sur la demoiselle qui cherchait justement du « personnel » pour lui permettre de s’adonner à son goût pour une musique ouverte sur une multitude de genres : pop, post-rock, black metal…

Et dès l’entame de l’album avec l’excellent « Skogen Mumlar » qui mêle chant de toute beauté, passages plus inquiétants et rythmiques proches du djent, auxquels s’ajoute même un violon, on comprend qu’on a affaire à quelque chose de particulier. Et de plutôt séduisant pour qui n’est pas allergique au chant féminin éthéré qui reste tout de même dominant et majoritaire sur l’album, même si la miss s’essaie avec succès à des vocalises proches du black sur « Farväl » posées sur de la double grosse caisse et des trémolos typiques du genre. Ce genre de passage (qu’on retrouve aussi sur la fin de « Som En Trumma ») ne s’éternise pas mais à chaque fois l’effet est réussi et bien amené (sans le côté « cheveu sur la soupe » qu’on reproche ponctuellement à Myrkur).

On pense parfois à la chanteuse norvégienne Aurora (assez frappant sur « Vast and Wild ») qui se serait entourée d’un groupe de post-rock/metal, en mettant aussi en avant ses influences folk et presque tribales, moins immédiatement viking cela dit, que celles qu’on peut entendre chez Myrkur. A d’autres moments c’est le post-rock qui domine comme sur « Death Comes Now ».

Les ambiances sont variées et tous les titres semblent contenir des éléments permettant de briser la potentielle monotonie qui pourrait s’installer ce qui permet globalement à Helga (le groupe) de ne pas lasser et de nous emmener avec eux sur les 46 minutes que dure l’album. Album qui se termine par le morceau-titre qui démarre sur des atours très acoustiques entre violon et guitare sèche avant de muter une fois encore pour aboutir à une partie instrumentale sur son final, qui m’a beaucoup fait penser à du Opeth (période Blackwater Park). Une influence de plus à mettre au crédit de cette jeune troupe prometteuse qui vient déjà de mettre une première pierre de qualité à son futur possible édifice. A suivre donc et de près!

Tracklist :
01 – Skogen Mumlar
02 – Burden
03 – Water
04 – If Death Comes Now
05 – Farväl
06 – Alive Again
07 – Vast and Wild
08 – Som En Trumma
09 – Mountain Song
10 – Wrapped in Mist

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1175 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *