Necrowretch – Swords of Dajjal

Pas de commentaires      177
Style: Black DeathAnnee de sortie: 2024Label: Seaon of Mist

Premier contact pour moi avec la musique des français de Necrowretch via ce Swords of Dajjal dévastateur, véritable torpille de black death haineux, à l’image du personnage de cette pochette qui n’inspire pas confiance, c’est le moins que l’on puisse dire.

Une pochette qui permet également de se rendre compte des inspirations du combo, qui évoque cette fois dans sa musique les Dieux Maures, ces divinités nord-africaines peu connues. Evidemment l’angle satanique et sombre de ces croyances est celui choisi par Necrowretch et cet habillage n’est d’ailleurs pas que cosmétique, les français ayant le bon goût de nous proposer des influences également musicales, certes discrètes, mais qui apportent cette petite touche en plus très appréciable, à l’image des percussions qui apparaissent sur plusieurs titres dont le final « Total Obliteration » ou la fin du titre « The Fifth Door » mais aussi par la présence de quelques mélodies aux couleurs orientales (« Numidian Knowledge ») qu’on décèle parfois au milieu de la furie semée par les valentinois. Des mélodies et influences orientales qui ne réduisent pas l’impact et la violence clairement affichés par les français, grâce notamment au guitariste/vocaliste Vlad Gutsfucker qui distille une haine impressionnante derrière son micro (notamment sur l’entame glaçante de « Dii Mauri »).

Peu de temps morts, mais quelques breaks bienvenus au sein de certains morceaux qui permettent de respirer un peu et de rendre les 37 minutes de Swords of Dajjal délectables et pas monotones, à l’image de « Vae Victis » qui ralentit le tempo après avoir commencé tambours battants et blast beats dehors, ou de l’instrumental « Daeva » qui prépare l’arrivée du dernier titre au nom évocateur : « Total Obliteration » qui clôture l’album finalement avec davantage de finesse que ce qu’on l’aurait pu penser devoir attendre de ce morceau (en clair ça blaste, mais il y a quand même un petit break dans le titre qui est le plus long de l’album avec 6min13). Un titre et un album qui se terminent d’ailleurs avec des paroles en français parfaitement intelligibles « l’empire de la mooooort!!’ scandé par Vlad avant que les instruments et notamment les percussions nous amènent au bout du bout.

Swords of Dajjal ne fait évidemment la démonstration d’aucune volonté particulière du groupe de retourner la table des musiques sombres, mais il s’avère sans nul doute un met de choix pour les amateurs de black death satanique (ou pas). Highly recommended!

Tracklist :
01 – Ksar Al-Kufar
02 – THe Fifth Door
03 – Dii Mauri
04 – Swords of Dajjal
05 – Numidian Knowledge
06 – Vae Victis
07 – Daeva
08 – Total Obliteration

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1177 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *