Meshuggah – Chaosphere

16 Commentaires      2 307
Style: thrash destructuréAnnee de sortie: 1998Label: Nuclear Blast

Meshuggah est aujourd’hui cité comme référence par pléthore de groupes de metal. Le nombre d’amateurs du combo suédois, autrefois de l’ordre du confidentiel, s’est accru de façon exponentielle si bien que le dernier album complet du groupe Nothing a cartonné (carton relatif bien sûr) contre toute attente, soutenu qu’il était par l’étonnante promotion orchestrée par Jack Osbourne (fils de) au travers de l’émission débilo-comique « The Osbournes ».

Chaosphere qui date de 1998 est le 3ème album du groupe, et mon gros favori personnel du groupe.
C’est un album que je possède depuis de nombreuses années, mais que je n’ai que récemment réussi à finalement dompter.

C’est en effet un album exigeant, qu’il est rigoureusement impossible d’assimiler avant la 10ème écoute minimum.
L’atmosphère glaciale et absolument étouffante (renforcée par la production puissante et tranchante de Daniel Bergstrand) qui se dégage de cet album renvoie à la folie mentale, aux délires schizophréniques et à la claustrophobie.

Meshuggah est (particulièrement avec cet album) à 1000 lieues des standards et des autres groupes de metal tant sa démarche est inédite.
Si l’écoute de Chaosphere est si difficile et perturbante, c’est que l’auditeur cherchera bien naturellement (comme il le fait toujours) à se raccrocher à quelque chose, une rythmique redondante, des références, bref des repères de quelque ordre qu’ils puissent être.
Or de repères il n’est point question à l’écoute de cette… chose.

Les 1ères écoutes relèveraient même de la torture si l’on ne sentait pas déjà quelque chose d’énorme poindre derrière tant de rugosité.

Pour vous donner une idée de ce que vous trouverez sur cet album, vous vous heurterez à une voix brutale (jamais claire) éructant des paroles très complexes sur une musique faite de riffs ultra graves, certes répétitifs mais incompréhensibles tant ils paraissent être du grand n’importe quoi. Je défie quiconque de réussir à la 1ère écoute à suivre n’importe laquelle des incroyables rythmiques ou (non-rythmiques d’ailleurs) qui remplissent ce disque.
N’espérez pas vous raccrocher à des refrains, ces gars-là ne savent pas ce que c’est, on est ici à des kilomètres des structures habituelles de 99% des productions metal ou autres (couplet-refrain).

C’est bien simple, à la 1ère écoute on ne semble avoir rien retenu de cet album dingue, mis à part peut-être un passage sur « The Mouth Licking What You’ve Bled » sur lequel on s’imagine à un moment avoir affaire à un refrain qui va revenir pour nous rassurer. Mais il ne revient jamais…

Après 10 écoutes c’est une autre histoire car l’addiction est complète et la fascination absolue. Ces rythmiques torturées qui semblent en décalage permanent, à contretemps, vous pénètrent et ne vous lâchent plus, appuyées qu’elles sont par des solos géniaux et complètement barrés de Fredrik Thordendal, guitariste et principal compositeur de l’équipe.

On comprend et on mesure alors tout le talent de ces suédois, complètement à l’écart des modes et des genres (même si certains délires rythmiques peuvent certainement être rapprochés de ce qui se fait dans le jazz), qui signent avec Chaosphere rien de moins qu’un monument inégalable et inégalé tant il est parfait de la 1ère à la dernière note. Que ce soit le fabuleux « single » (qui fait l’objet d’un clip hilarant qui démontre que le groupe ne se prend pas au sérieux) « New Millennium Cyanide Christ » avec son break orgasmique, ou le presque compréhensible « Neurotica », tout est grandiose, incroyable, génial, parfait, et tout fait surtout partie d’un bloc, une entité monstrueuse et intouchable.

L’album se termine sur « Elastic » et ses notes stridentes et robotiques qui deviennent insupportables avant que la ghost track de l’album ne se révèle aux oreilles de l’auditeur étourdi qui ne réalisera certainement pas qu’il est maintenant en train de se voir infliger la totalité de l’album jouée à l’envers en 4 minutes 10 secondes (EDIT : à moins qu’il ne s’agisse de la superposition de plusieurs morceaux de l’album???).

Jouissif, culte, fondateur, démentiel, et tout simplement l’un des meilleurs albums de metal jamais créé par des êtres humains (mais le sont-ils vraiment, humains ???) et sans lequel nombre de groupes n’existeraient probablement pas aujourd’hui.

  1. concatenation
  2. new millenium cyanide christ
  3. corridor of chameleons
  4. neurotica
  5. the mouth licking what you’ve bled
  6. sane
  7. the exquisite machinery of torture
  8. elastic
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 821 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

16 Commentaires

  1. FireCat says:

    C’est bien des chros d’anciens disques cultes comme ca !
    C’est vrai que ce cd est souvent cité comme L’ovni métallique extreme inégalé. Personellement je n’ai pas encore réussi a me plonger totalement dedans, lui préférant DEI et « I ».

  2. kollapse says:

    chef d’oeuvre absolu et un de mes « albums de chevet ».

  3. Ocean? says:

    Probablement le meilleur Meshuggah à ce jour.
    Bonne initiative de faire des kros de vieux trucs !
    Et sinon sisi Nothing a bien cartonné notamment aux US où il a passé le cap des 300 000 ventes, grâce en partie au môme de Ozzy qui a kiffé et qui en a parlé. Résultat tournée sur la Ozzfest, d’où bcp de ventes :-)
    Sur cet album, l’optique de Meshuggah (fou en hébreux), c’était de faire tous la même chose, aller tous dans la m^éme direction, y compris la batterie et la voix, considérée plus comme un instrument rythmique qu’autre chose.
    Une tuerie, tout simplement !

  4. Joss says:

    Un excelent album que je passe pourtant partiquement jamais…mais tu me donne envie de me replonger dedans…

    Par contre il me semble que le dernier titre est en fait une superposition des 4 premiers morceaux (et non pas l’album à l’envers) si tu écoute bien tu arrivera à reconnaitre quelques trucs alors qu’a l’envers on ne reconnaitrait rien….

  5. krakoukass Krakoukass says:

    @Joss : ah ouais tu as peut-être raison pour la superposition! En effet on reconnaît quelques passages… Ca reste vraiment délirant en tout cas… :)

  6. jonben jonben says:

    Bien nickel mais moi aussi j’ai tendance à plus écouter les derniers albums. Il faut que je me remette dedans.

  7. Pierre says:

    Rien à voir (comme d’hab) mais ds le genre vieille chro vous pourriez aussi faire celle du 1er album de Soil (scars)…

  8. FoeturNico says:

    Mon tout premier achat d’album dans la catégorie ‘Brutal’. J’ai pas été déçu !! J’adore New Millenium Cyanide Christ… j’ai remonté le temps ensuite et me suis pris une claque énorme avec Destroy Erase Improve. Cool ces chros d’anciens albums !

  9. sano says:

    Contrairement à toi krakoukass j’ai aimé et accroché assez facilement à cet album et au génie de ces mecs, j’ai mis 2 ou 3 ecoute pour apprivoiser le tout (sauf pour elastic ou le apssage de 5 minutes j’ai pas pu supporter) et la fin de l’album c’est une superposition de plusieurs chansons et c’est très energique et violent (si vous etes depréssifs ça vous remonte tout). Meshuggah etant un des groupes preferé de hororo votre nouveau chroniqueur il sera ravi de vous laisser son avis en quelques 150 lignes. J’aime aprticuliérement new millenium cyanide christ (ou récuperer le clip??), sane, the mouth licking what you’ve bled (ça me fait penser au titre bite the hand that bleed de Fear factory) et concatenation.

    je peu me réecouter ce disque sans probléme et d’ailleur je vais le faire, merci krakoukass

  10. neurotool says:

    THE album pour moi de Meshuggah!
    A tel point que j’

  11. neurotool says:

    THE ALBUM de Meshuggah pour moi!
    A tel point que j’ai boudé les sorties suivantes ne retrouvant jamais l’atmosphère et la folie de cet album.

  12. kollapse says:

    chose que tu devrais néanmoins réviser tant nothing est autant une réussite, bien que dans un autre carcan: plus mid-tempo et hypnotique, limite psyché par moments.

  13. fewz says:

    mon album préféré de meshuggah… un monument historique du métal tout simplement….

  14. Z'etes malade ? says:

    Une bouse siderale pour ma part, comme quoi !
    C’est en fait le meme que le precedent mais en plus lent et surtout en plus chiant, je ne comprendrais jamais les fans de cette chose.
    Repetitif, demonstratif, fade, chiant, pas une once d’inspiration c toujours pareil bref une bouse…
    Meshuggah c’est DEI, le reste est inutile !

  15. Zandal says:

    Parfait,chef d’oeuvre cet album,si il serait sorti en 2047 ce serait une révelation.

  16. stengah says:

    Comment décrire ce chef d’œuvre … pour faire simple, j’écoute Chaosphere tous les jours depuis 7 ans.
    Maîtrise totale de la 1ère seconde à la dernière, son unique, climat chaotique futuriste démentiel. Inégalable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *