Revok – Biocarbon Amalgamate

Pas de commentaires      1 012
Style: noise rockAnnee de sortie: 2004Label: Autoproduction

En vous penchant sur cette première demo de Revok, vous entrerez dans un univers obscure, décadent, aux frontières floues et déroutantes. Vous vous embarquerez pour un voyage d’une petite demi heure au cœur des tréfonds de l’âme humaine…
Dès l’ouverture de la jaquette, il plane une sensation de mystère… malsaine et vénéneuse… mais terriblement attirante ! Ah l’indicible curiosité humaine… Ces joies et ces affres…

Avec cette couverture, on se trouve face à une sérigraphie en noir et blanc, représentant une vision de l’Enfer où des corps nus et décharnés s’entremêlent pour l’éternité dans une ultime sarabande macabre… Que pourrait bien nous proposer Revok comme musique avec un tel graphisme ?

Non point de black métal tirli-pompom sur le chiouaoua misanthropicosatanianihilistiquementvôtre, mais ni plus ni moins qu’une noise/rock directement inspiré des japonais de Envy (en moins screamo) ou bien encore, des français de Amanda Woodward, dans un style plus proche. Durant cinq titres et 29 min, les cinq membres de Revok vont s’échiner à nous dépeindre leur univers intérieur, décalé et sombre, sensoriel et charnel, enclin au doute et aux peurs les plus profondes, mais finalement terriblement animal et humain. Derrière un voile pseudo philosophique, Revok va développer des textes sombres, torturés voire cauchemardesques mais attachants, tant ils sont proches de nos vécus (passés, présents, ou futurs), de nos ressentis, de nos doutes, de nos folies…

La musique, elle, va développer des atmosphères propres à l’univers de Revok. Au travers d’une certaine sobriété voire d’un certain minimalisme, les guitares tantôt saturées, tantôt calmes et entêtantes, vont tour à tour faire monter la pression, vont vous cueillir en pleine transe noise, ou finalement vont vous asséner des riffs sauvages lorsqu’une ligne de basse hypnotisante vous maintenait encore la tête hors de l’eau…
On est d’ailleurs pas si loin d’un certain post-rock acerbe et sans compromis dans ce cas-là. La colère et la rage qui se dégagent de cette musique ne vous laisseront que peu de répit. Pour autant cette demi heure de musique n’est en rien insupportable. Bien au contraire ! Seulement soyez prêt à la plongée en apnée sans bouée et sans secours dans un univers froid et sombre. Par moment, l’ambiance glaciale qui se dégage de cette demo me rappelle Silence de Proton Burst. Le style musical n’a rien à voir et le chant n’est certes pas aussi habité que sur Silence (qui d’ailleurs manque d’un certain charisme) mais néanmoins il développe un style proche, en plus hardcore, enclin aux passions et à la rage de l’être humain. Troublant.

Note indicative : 4/5

  1. evil won’t…
  2. cranex 350
  3. aide-moi à naître
  4. sediments
  5. revok is supplied by the martyr’s blood
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *