Team Sleep – Team Sleep

8 Commentaires      1 702
Style: éléctro/rock somnifèreAnnee de sortie: 2005Label: Maverick

« Teenager » sur le White Pony des Deftones, ça vous dit quelque chose?
Ce titre acoustico-électro, enregistré par Chino et un de ses pote, était le premier échantillon de ce qui deviendra le groupe Team Sleep et ça fait bien 4/5 ans qu’un album doit depuis voir le jour. Ca fait déjà plusieurs années que le groupe fait des concerts de temps en temps et pas mal de démos ont déjà circulé sur le net, un album avait même été enregistré, puis fût abandonné, on pensait même à un moment que ça allait finir comme le projet Trent Reznor/Maynard James Keenan, Tapeworm, c’est à dire sur rien.
Mais non enfin en ce mois de mai 2005 l’album arrive!

Team Sleep c’est donc le chant si caractéristique de Chino Moreno, son pote d’enfance en question, Todd Wilkenson, qui assure les guitares et chapeaute le projet, DJ Crook aux beats et samples auxquels se sont joints le bassiste Rick Verrett et le batteur Zach Hill. La musique du groupe allie l’ambiance sombre et la voix des Deftones avec un esprit trip hop, pour une musique lente, lancinante et intimiste.

Les rythmiques en général sont très travaillées sur tout l’album, souvent saisissantes, que ce soit celles exécutées par le batteur Zach Hill du groupe Hella ou les beats de DJ crook. Les boucles éléctro de ce dernier, qui occupent plusieurs passages instrumentaux, rappellent assez le break beat à la DJ Shadow, d’ailleurs les instrumentations de Team Sleep se rapprochent de sont travail sur le 1er album d’Unkle, dont l’esprit est aussi le mélange entre rock et musique électronique.

La majorité des titres naviguent donc dans un calme ambiant traversés de voix aériennes et rythmiques sophistiquées, de samples d’instruments et sons divers, et des guitares, que ce soit en quelques arpèges de guitare clairs, rythmiques acoustiques ou en longs accords saturés. Le morceau le plus éloquent reste pour moi « Ever (Foreign Flag) », celui aussi sur lequel la voix de Chino est la plus poignante. L’ambiance des morceaux se prête d’ailleurs très bien à sa fameuse voix mi chuchotée mi plaintive.

Plusieurs plages sont assez particulières, quelques interludes joués seulement à la guitare, d’autres essentiellement électro dont un « King Diamond » avec un esprit assez hip hop, « Paris Arm » et ses murmures féminins en français susurrées de façon assez aguicheuse.
Mais même si le fond est électro, la plupart des morceaux sonnent rock, les guitares sont bien présentes, il y a même quelques guitares lourdes comme sur « Live From The Stage » (autrefois nommée « Nathalie Portman »), morceau atmosphérique où s’accumulent progressivement des guitares saturées, surmontées des chœurs lointains de Chino, ou le très bon « Blvd. Nights », titre le plus rock de l’album.

En fait, on pense indéniablement aux Deftones à l’écoute de la voix de Chino, mais il y aussi une certaine atmosphère, cette mélancolie et un esprit artistique qui séparait le groupe à ses débuts de la majorité des groupes néo, qu’on retrouvait également dans les titres les plus calmes du dernier album de ces derniers. Les détracteurs de cette voix auront donc de quoi railler, les fans seront comblés.

Mais tous les titres ne sont pas chantés par Chino, il y a les collaborations de Rob Crow (Pinback), ainsi que de la chanteuse Mary Timony (Helium). Rob Crow pose sa voix sur 4 morceaux, une voix qui ressemble assez à celle de Jonah Matranga (Far/Gratitude) sur son album solo Onelinedrawing, dont on retrouve un peu l’ambiance acoustique sur les titres chantés par Crow. Par contre, il a une voix des plus somnifères, et je trouve que la dynamique de l’album s’en trouve très ramollie, surtout que d’autres titres comme « Tomb of Liegia » et ses voix féminines sont encore des hymnes au sommeil. Le nom du groupe n’est pas volé, il faut s’attendre a du calme, du très bon comme du soporifique.

Au final, j’aurais préféré entendre Chino sur tous les morceaux, car ce sont ceux qu’il chante qui me plaisent le plus, d’où une certaine déception par rapport à l’album en général, nuancée tout de même par plusieurs titres excellents (« Ataraxia », « Your Skull Is Red », « Blvd. Nights », « Our Ride To The Rectory »…) et le single « Ever » qui me scotche bien. Certains moments sont prenants mais d’autres peinent en longueur, et le nombre important d’interludes casse un peu le rythme, reste un album assez cérébral propice à la méditation mais qui peut sûrement révéler en concert une tout autre facette plus intéressante.

  1. ataraxia
  2. ever (foreign flag)
  3. your skull is red
  4. princeton review (feat. rob crow)
  5. blvd. nights
  6. delorian
  7. our ride to the rectory (feat. rob crow)
  8. tomb of liegia (changed liegia) (feat. mary timony)
  9. elizabeth
  10. staring at the queen
  11. ever since wwi (feat. rob crow)
  12. king diamond (feat. mary timony)
  13. live from the stage
  14. paris arm
  15. 11-11 (feat. rob crow)
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. wakos says:

    Cet album est pas mal, j’ai juste énormement de peine à me mettre à fond dedans … Après 7-8 titres, j’arrive à saturation …

  2. kollapse says:

    jcrois que c’est un peu le genre de skeud qui s’écoute à petite doses en plusieurs fois, et après on s’enfile l’album en entier facilement…j’aime bien pour l’instant, en tout cas (fo dire que je suis assez fan du timbre de voix de Moreno, même si pas vmt habituel ici)

  3. Neurotool says:

    Pareil, un album intéressant si on est fan de la voix de Moreno sinon le rythme très calme risque de vous endormir…

  4. melc says:

    le somnifère c’est pousser le bouchon un peu loin…

  5. Pierre says:

    @ chan: c’est du thai au début d’ ataraxia?

  6. chan says:

    OUI!!!
    enfin, je crois bien, ca ressemble à ce style tradi dont j’ai oublié le nom, que t’entends dans trois tax’meters sur quatre

  7. Yannick_junior says:

    Après quelques écoute, je me glisse doucement dans les mélodie douce et envoutante de ce disque, excelent pour se détendre. A écouter au moin une fois.

  8. kollapse says:

    Très bon disque. Des titres comme « ever », « ataraxia », « blvd nights », « our ride to the rectory » ou « 11-11 » sont de véritables perles. Une véritable agréable surprise. 16/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *