Evergreen Terrace – Sincerity Is An Easy Disguise in this Business

8 Commentaires      1 950
Style: metalcore-bisAnnee de sortie: 2005Label: Eulogy Recordings

La « Metalcore Academy » est heureuse d’accueillir un nouvel élève au sein de sa promotion 2005 : les Américains de Evergreen Terrace. Un nouvel arrivant dans la déferlante de nouveaux « talents » parmi lesquels on retrouve : Bury Your Dead, Haste The Day, Still Remains, Trivium

Originaire de Jacksonville en Floride Andrew (voix), Craig (guitare, voix), Joshua (guitare), Jason (Basse) et Chris (batterie) sont jeunes, beaux et pratiquent, oh surprise, un hardcore metal parcouru de douces mélodies. Evergreen Terrace avait déjà fortement impressionné le jury en 2001 avec leur premier effort Losing All Hope Is Freedom sorti sur Indianola. Pressé de se mettre à la page, Eulogy s’empresse donc de signer ces jeunes gens que l’on compare déjà à From Autumn To Ashes ou Poison The Well. Un DVD et deux albums plus tard (dont Writer’s block, album de reprise peu inspirées) les revoilà sur le devant de la scène avec ce Sincerity is an easy disguise in this business.

Ce CD est un excellent produit : 10 titres, 28 minutes de hardcore mélodique, exécuté avec sans froid. Un disque que personne n’a jamais écouté mais que tout le monde a déjà entendu. La production est énorme, le chant occupe tout l’espace au détriment des instruments, les musiciens connaissent leur affaire et jouent un hardcore métal tout ce qu’il y a de plus ordinaire. A l’écoute de « Dogfight » qui ouvre le disque, la seule victime de ce combat semble bien être l’originalité. La même formule est appliquée avec professionnalisme : alternance systématique de passages hurlés et de refrains chantés, mosh parts attendus, accélérations punk déjà entendues, les titres défilent et se ressemblent étrangement. Les sonorités très neo metal d’un « Brave Reality » ou les mélodies insipides de « The Smell Of Summer » parcourent cette belle mécanique au cœur de laquelle se dissimule l’ennui. L’impression d’écouter une copie d’une copie d’une copie saisit rapidement l’auditeur insensible aux riffs aguicheurs et simplistes de cet album. Mais même le formatage radio a du bon puisque les 10 titres de la galette s’écoulent en 28 minutes chrono et c’est LA traditionnelle ballade mélodique qui vient mettre un terme à cet album sans relief. Les quotas sont remplis, le single « New Friend Request » est dans les starting blocks prêt à envahir les radios des collèges américains et l’album fera un excellent produit d’appel chez les kids avides de “sensations frelatées“.

L’exploitation intensive d’un style musical nuit gravement à sa santé. Et si le processus de reproduction fonctionne à plein tube, le manque d’inventivité finira par le tuer. Ce disque n’est pas mauvais mais il ne provoquera que l’ennui chez les tympans aguerris.

  1. dogfight
  2. give ’em the sleeper
  3. brave reality
  4. new friend request
  5. gerald did what
  6. i can see my house from here
  7. the thunder
  8. i say you he dead
  9. the smell of summer
  10. tonight is the night we ride
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. Crusto says:

    Ils ont tout de meme 5 albums a leur actif.

  2. Bru says:

    lol c’est clair on dirait des ptits jeunots

    c’est une référence evergreen terrace.

  3. tamere says:

    Bru je t’aime!!!!!!!!!!

  4. VINcz says:

    ouais j’ai peut etre pas tres bien tourné ça dans la chro en fait je parlais de la cuvée 2005 de tous les groupes precités. Mais a l’ecoute de ce cd on a vraiment l’impression qu’il se sont coulé dans le moule en oubliant leurs precedents opus alors la reference n’est plus vraiment valable. je sais pas si c’est plus clair finalement ;)

  5. Bru says:

    moi aussi tamere.

  6. tamere says:

    mais vraiment, je t’adore ds t vestes de costar ac tes badges et t futes diesel…t trop craquant!

  7. tamere says:

    Bru!! tu brises mon coeur à ne pas repondre!

  8. shaq says:

    A l’écoute de ce truc, ce ne fut pas l’ennui qui fut provoqué, mais bel et bien la consternation.
    Il y a tant de bons groupes qui ne demandent qu’à émerger, même un peu, alors savoir que ce groupe en est à son 5e album et diffuse une telle bouse, ça met vraiment les glandes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *