Eyes Of Fire – Prisons

9 Commentaires      1 671
Style: doom/rockAnnee de sortie: 2006Label: Century Media

Nés des cendres des cultissimes Mindrot (groupe de doom atmo des années 90), Eyes Of Fire avait fait fort avec leur premier album qui posait les bases d’un métal atmosphérique lourd et mélancolique.
Bien qu’assez personnel et convainquant, ce premier méfait voyait un groupe prometteur mais qui semblait ne pas s’être totalement défait de ses influences (Neurosis en tête, Opeth, Porcupine Tree). Ce qui n’est pas un mal en soi étant donné que bon nombre de formations – surtout actuelles – ne sont pas en mesure de pouvoir se vanter de posséder leur propre marque de fabrique.

Cependant, sans être une condition sine qua non, comment un groupe peut-il espérer s’imposer sur la longueur si ce n’est en affirmant leur singularité musicale ?
Le « challenge » de nos 5 gaillards d’Orange County allait donc être de garder la qualité du premier album tout en affirmant leur personnalité.

Ne tournons pas autour du pot car c’est chose faite avec ce Prisons.
En un peu moins d’une heure, Eyes Of Fire impose son style, quelque part entre la lourdeur de ses guitares massives et le son plus clair d’arpèges cristallins. L’alterance du chant hurlé/clair appuyant ce constant contraste. L’ambiance fêtarde n’est pas vraiment au beau fixe, en ce sens la sombre cover représente très bien le propos de l’album. De la musique du quintet ressort une rage empreinte de mélancolie qui semblait être contenue depuis des lustres et ne demandait qu’à ressortir. La fin du premier titre « Blood (this consumes you) » étant en ce sens très représentatif de cet état de fait.

Si le propos est donc le plus souvent à la morosité, d’autres plages semblent cependant être plus portées sur une certaine forme d’espoir (« dead to the world » et sa mélodie lumineuse), ou une forme plus frontale (« falling apart » et son énorme chorus), même si les voix mi-mélodiques mi-abrasives sont empruntes de mélancolie. Les titres forts ne manquent pas, et si je suis tenté de citer la plupart des titres, « salvation », « blood (this consumes you) », « falling apart » ou encore « fire inside » – le dernier titre – sont pour moi les sommets de l’abum.

L’album est d’homogéneité remarquable, les riffs mémorables sont légions, le jeu du batteur, tribal et claquant, est savoureux et la complémentarité avec la lourde basse est au rendez-vous.

La production, de Matt Bayles, est impeccable (pas vraiment étonnant cela dit) et met en valeur chacune des compositions de cet excellent album. Du bien bel ouvrage en somme, qui ne devrait pas manquer de faire frémir les amateurs du premier album ainsi qu’à ceux pour qui la musique rimant avec mélancolie et lourdeur leur parle.
Un pallier est franchi avec ce 2ème album qui consacre Eyes Of Fire comme une valeur sure, que je n’ommeterais certainement pas de suivre à l’avenir.

  1. blood (this consumes you)
  2. gone forever
  3. it all dies today
  4. true love
  5. dead to the world
  6. falling apart
  7. salvation
  8. all said and done
  9. fight me
  10. fire inside
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

9 Commentaires

  1. jonben jonben says:

    J’aimais déjà bien le 1er mais celui là enfonce le clou. A noter que le morceau en écoute est loin d’être le meilleur, il n’est d’ailleurs pas mentionné dans la chro.

  2. kollapse says:

    Le morceau en écoute est même le moins bon de l’album je trouve, d’où son non-mentionnement. Très bon album.

  3. Nikola de Villepin says:

    Il existe une version 2 C.D de cet album . Le second skeud comprenant un morceau très long ( + de 24 mns) intitulé « Home »

  4. kollapse says:

    J’en prends bonne note :-). Et que penses-tu de ce morceau ?

  5. FireCat says:

    Mais le morceau en écoute, il tue ! Et c’est le moins bon ?!!
    Arrgh

  6. jonben jonben says:

    C’est pas le moins bon, juste le plus simple.

  7. jéjé says:

    je ne connais pas (encore) l’album, mais si le morceau mis en ligne est le moins bon, mama mia, qu’est ce que ça va donner sur les sommets!

  8. jéjé says:

    comme quoi, hein, et comme le disait Garcimore, ou C.Jérôme, je ne sais plus, enfin un grand penseur, quoi, tout est question de relativité…

  9. Monster says:

    J’ai ecouté le morceau en ecoute, à part le chant que je trouve naze, il est vraiment très bon musicalement !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *