Pelican – Ephemeral Ep

4 Commentaires      1 649
Style: doom/post-hardcore instrumentalAnnee de sortie: 2009Label: Southern Lord

A l’instar d’Isis, on arrivera décidément pas à casser du Pelican ici. Si le groupe américain en a déçu plus d’un, leurs albums successifs voyant leur son perdre progressivement la lourdeur qui faisait une grande part de l’attention qui a justement été portée vers eux, d’autres ont adopté sans rechigner l’esprit plus post-rock que stoner/doom des dernières sorties du groupe. En fait, City of Echoes – ainsi que les performances live inégales, ou du moins inégalement perçues par un auditoire plus ou moins convaincu d’avance – semblait ainsi avoir déclassé le groupe pour bon nombre de fans de la première heure, et en parallèle lui avoir ouvert tout un nouveau public post-rock plus classique, qui se met à des musiques plus lourdes, voir le succès relativement grandissant de groupes comme Sunn O))), dont l’influence aborde désormais la scène rock indé.

Tout ça pour dire que ce nouvel EP de Pelican, composé de 2 nouveaux titres, ainsi qu’une reprise de Earth, voit le groupe reprendre sensiblement du poil de la bête, avec des riffs plus lourds, pesants, gras, doom en résumé, même si leur son ne revient pas pour autant à l’écrasante production enveloppante du premier EP, mais plutôt vers celle d’Australasia. C’est déjà pas mal, et ces 2 nouveaux morceaux sont clairement du niveau de ceux du premier album, et les meilleurs qu’ils aient composés depuis. On sent que le groupe a retrouvé une certaine fougue qui leur faisait il est vrai défaut sur les 2 derniers albums, même si je les ai malgré tout apprécié, ceci explique peut-être pourquoi ces 2 titres m’enthousiasment d’autant plus quant à leur nouvel album qui devrait sûrement suivre dans l’année. La reprise d’Earth est réussie, mais plus anecdotique, même si Dylan Carson, leader du groupe, vient lui-même y contribuer.

Ah ouaih au fait le groupe a quitté le label d’Isis (Hydrahead) pour celui de Sunn O))) (Southern Lord), sur lequel sortira leur 4ème album, What We All Come To Need. Il aura quelques guests guests… Greg Anderson, Aaron Turner, Ben Verellen (Helms Alee) et Allen Epley (The Life & Times).

  1. embedding the moss
  2. ephemeral
  3. the geometry of murder
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. 1ternot2baz says:

    A quand un concert à Caen de Pelican ?

  2. inconnu says:

    déjà mogwai, ca me suffit largement. mais pur en revenir à cet EP, c’est fort sympathique d’entendre un petit retour en arrière qui est, me semble-t-il de très bonne augure pour l’album à venir !

  3. Adr says:

    Pour moi cet EP est une bonne surprise. Je ne m’attendais pas a retrouver ce groupe en si bonne forme 2 ans après l’anecdotique City of Echoes…
    C’est un petit retour au source qui fait du bien, et maintenant j’attends patiemment la sortie du prochain album prévu pour le 27 octobre.

  4. deathlikesilence says:

    @1ternot2baz : Pas sur que ce soit la priorité de l’orga du « cargo »
    Pour ma part je ne trouve pas trop qu’il s’agisse d’un retour en arrière pour Pelican, ya un peu les mêmes ingrédients que sur COE, les structures sont en mouvement avec pas mal de cassures, les titres sont plus long, j’aime bien

Répondre à inconnu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *