The Ocean – Heliocentric

The Ocean-heliocentric

Il y a clairement des avantages à évoluer sous la forme d’un collectif, comme le font les berlinois de The Ocean, autour de leur tête pensante Robin Staps. L’apport de certains musiciens ponctuels est intéressant, et la formation à géométrie variable permet d’adapter l’effectif au besoin (notamment en vue du live). Le revers de la médaille est un vrai manque de stabilité, et la possibilité de voir des membres clés disparaître du jour au lendemain. C’est malheureusement d’abord cela que révèle ce nouvel album de The Ocean. Après avoir perdu leur chanteur initial Meta, c’est son pourtant efficace remplaçant Mike Pilat, qui s’en est récemment allé.

Et c’est là que ça passe ou ça casse, autant le dire tout de suite, car le nouveau chanteur qui officie sur Heliocentric, a un registre bien différent de ses prédécesseurs. Robin a insisté sur la grande versatilité de ses capacités vocales qui allait lui permettre de s’essayer à davantage de registres et de genres différents. La promesse est tenue, les registres sont ici plus variés que précédemment. Le chant clair s’installe de façon beaucoup plus présente que par le passé, et le chant grave hurlé prend du recul, même s’il reste présent.

Finalement, ces deux registres tiennent la route (même si le chant grave manque clairement de puissance), et en chant clair pur, Loïc Rossetti (c’est le nom du petit nouveau) s’en tire extrêmement bien, comme en témoignent les très calmes (sans doute les morceaux les plus calmes jamais écrits par The Ocean, sans guitare, sans saturation) piano-violon-voix de « Ptolemy Was Wrong » et piano-voix de « Epiphany ». Mais c’est le 3ème registre qui choque vraiment : pas tout à fait clair, mais pas gueulé non plus, chanté avec une voix rocailleuse (parfois doublée pour un effet bien foireux), qu’il est sûrement possible d’apprécier. Pour ma part je le trouve complètement inapproprié et il me vrille les oreilles à chaque écoute. Un exemple avec « The First Commandment of the Luminaries » complètement massacré par le chant, alors que musicalement on sent vraiment des choses intéressantes (très jolie partie de violon par exemple et final burné typiquement « océanique »).

Musicalement, le groupe poursuit où il s’était arrêté avec Proterozoic, le 2ème disque de l’énorme Precambrian, et s’autorise encore plus de choses, en œuvrant majoritairement dans des registres calmes (on a déjà cité « Ptolemy Was Wrong ») qui lorgnent vers le post-rock. Même si les accélérations et passages plombés sont toujours présents (mais franchement très en retrait), cela ne suffit cependant pas pour atténuer la désagréable impression d’ennui qu’on ressent à l’écoute de cet album, ennui renforcé par l’agacement que provoque le chant.

Bref vous pouvez tenter le coup de votre côté, pour ma part cet album est tout simplement la déception de l’année. On espère que le prochain prévu pour cette année, redressera la barre (mais j’ai de gros doutes, si le chanteur reste le même). Je n’aurais jamais cru écrire ça un jour sur un album du groupe allemand, mais là vraiment… Beurk.

  1. shamayim
  2. firmament
  3. the first commandment of the luminaries
  4. ptolemy was wrong
  5. metaphysics of the hangman
  6. catharsis of a heretic
  7. swallowed by the earth
  8. epiphany
  9. the origin of species
  10. the origin of god
TAGS : ,
GROUPES:
STYLE: , ,

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 670 articles sur Eklektik.

10 commentaires

  1. J’aurai pas été jusqu’à dire « beurk » quand même, il y a des passages carrément excellents!… même si pas mal gâchés par la voix claire, des passages trop mélodiques, et les deux insupportables « ballades »… Un album très inégal.

  2. Ptolemy est affreuse, on se croirait sur Chérie FM, Epiphany guère mieux… Clairement la grosse décéption du moment, l’album manque de puissance et ça se voit dès que l’on s’enchaine Precambrian derrière. Heliocentric, pourtant dans la même veine, ne tient pas la distance un instant. Reste les deux derniers morceaux vraiment très bons et quelques moment agréables…

  3. Après une intro qui ne sert pas a grand chose a par à nous les briser menues, «Firmament» embarque et pour ma première fois j’ai eu un choc car c’est vraiment calme…A vrai dire les premières écoutes m’ont gonflées. Mais par la suite j’ai appris a l’apprécier. C’est clairement l’album le plus accéssible et la chanson «Epiphany» est tout simplement…ben…beurk.
    Mais contrairement a vous j’aime bien «Ptolemy Was Wrong». En tout cas, on sens l’énorme démarche entreprise par Robin Staps sur les compositions et des chansons comme «Firmament», «Metaphisics Of The Hangman» et le duo «The Origin Of Species» et «Origin Of God» sont vraiment très bonne et rec;ele de moments vraiment excellents…
    Après même si j’aime bien cet album, je trouve que c’est leur moins bon. La voix est vraiment surprenante, pouvant passé du bon et moins bon (en fait des fois je pense a Trent Reznor et d’autre au chanteur de Avanged sevenfold (sniff)). S’il y a eu de grosse recherche artistique et thorique, selon les thème abordés, je trouve que les paroles son parfois limite ridicule.
    Après a voir les videos sur leur myspace, Robin Staps savait que l’album ne plairait pas a tout le monde. Pour moi c’est leur premier faut pas. J’attends Antropocentric pour me faire un avis definitif ceci dis.

  4. Enorme album. Totalement pas d’accord avec la chro.

  5. sauf que dans  »Ptolemy Was Wrong », il y a le trio guitare-basse-batterrie en plus du piano-violon-voix

  6. C’est un peu navrant que le fait de pas apprécier cet album est du uniquement à la présence de chant clair, je trouve vraiment que cela apporte une touche intéressante… Bande de métaleux bourrins sans coeur :-)

  7. Relis la chronique Fenek, ce n’est même pas vraiment le chant clair qui me gêne (je l’adorais sur Precambrian d’ailleurs) mais l’espèce de chant semi-rauque bizarre que je trouve très moche. Il réussit malheureusement à me gâcher tout plaisir d’écoute… Ca ne se contrôle pas malheureusement…

  8. Ca y est, on ouvre enfin ses oreilles?! :-)

  9. C’est quoi ce vieux commentaire qui sert à rien ECF ?!!

  10. Ben, j’ai toujours trouvé ce groupe complètement surfait, la première itw que j’ai lue du mec, il comparait son écriture à celle de Rimbaud et la fois où je les ai vus en concert, j’ai eu l’impression de voir débarquer un groupe de néo/power metal qui enchaînait pose sur pose et agitation de mêche pour faire kiffer les ados. Pour moi, ce groupe est une supercherie.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...
  • fartbarf-dirtypowerRémi | 19 octobre 2014
    Fartbarf – Dirty Power
    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.
  • occultation - silence in the ancestral houseIkea | 15 octobre 2014
    Occultation – Silence in the Ancestral House
    Sans aller jusqu'au coup de cœur, un très bon album. Tout à fait d'accord sur l'ambiance, très réussie, renvoyant aux films d'Argento, Fulci et consorts. Quant au côté Ghost... Il est présent mais Occultation est tellement plus raffiné, insidieux, que j'ai tendance à le mettre à-part. Clairement, un groupe qui montre ...
  • krieg-transientdarkantisthene | 13 octobre 2014
    Krieg – Transient
    très belle sortie, je suis moins fan de la "2ème" partie de l'album mais ça reste très intéressant dans le style.
  • White Lung - Deep FantasyRIRIMARTIGUES | 09 octobre 2014
    White Lung – Deep Fantasy
    Je découvre et suis déjà sous l'emprise. Ca t'attrape et tu ne lâches plus...
  • vampiresquid-nautilusworldshaq | 07 octobre 2014
    Vampire Squid – Nautilus World
    Merci pour la découverte, très bon album de Death technique-mais-pas-trop, bien produit, et en name your price sur bandcamp : aucune excuse de ne pas lâcher quelques ronds pour une galettes vraiment bien fichue.