Black Cobra – Invernal

2 Commentaires      2 173
Style: Sludge Doom Metal Annee de sortie: 2011Label: Southern Lord

Non content de nous parvenir dans des atours charmeurs (superbe pochette), ce nouvel opus du tandem américain Black Cobra, est une incroyable mandale assommante et puissante comme on en entendra peu cette année. Personnellement je ne m’en remets pas.

Black Cobra faisait jusqu’ici office de gentil suiveur, avec son sludge mignon à la High on Fire, sauf que nos deux larrons après un déjà très bon Chronomega, passent ici la vitesse supérieure en proposant un album dantesque, véritable char d’assaut qui propose en 8 compos, un pilonnage bâti sur des riffs imparables et gras, couplés à une basse bien puissante et à des vocaux un peu différents de ceux des précédents opus, moins hardcore, plus intelligibles mais non moins féroces et finalement plus efficaces (d’autant qu’ils ont aussi le bon goût de savoir se taire lorsqu’ils sont inutiles comme sur le dantesque « Abyss »). Le maître-mot de cet album est « efficacité maximale », le groupe fait dans le sludge écrasant et rapide, le tempo ne ralentissant qu’à de très rares occasions. On apprécie justement que le groupe ne se perde pas dans des détours faits de longues minutes de lourdeur pénibles et les passages où le groupe lève le pied qui évoquent le doom (sur le break de « Beyond » par exemple) voire tournent presque au post-rock (comme sur « Abyss », 100% instrumental et construit sur un riff mamouthesque, sur lequel on pense presque à du Monkey 3 au moment du break en milieu de titre, idem pour le démarrage de « Corrosion Fields » en douceur, avant que le duo ne donne l’assaut), sont suffisamment bien gérés pour aérer l’album sans jamais casser la dynamique rouleau compresseur qui fait la force et l’intérêt de l’album.

Que les déçus des évolutions de Kylesa (surtout) et Mastodon (un peu) passent jeter une oreille sur cet album (ou rien que sur le titre en écoute ci-dessous), ils devraient se consoler sans difficultés en trouvant dans ce nouvel album un parfait exutoire au potentiel  inattaquable. C’est tellement jouissif et bien foutu que je me refais personnellement le calcif à chaque écoute.

En 40 minutes la messe est dite et ce Invernal est clairement la grosse claque de l’année en matière d’assaut sludge metallique classieux. Sur ce j’y retourne, juste le temps de changer de caleçon…

 

Tracklist :

 01. Avalanche
02. Somnae Tenebrae
03. Corrosion Fields
04. The Crimson Blade
05. Beyond
06. Erebus Dawn
07. Abyss
08. Obliteration

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 897 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. guim says:

    Quand tu en as parlé j’avoue avoir été assez dubitatif, en lisant la chronique et en écoutant le morceau je vais réviser mon jugement, ça a l’air d’avoir de la frappe cette histoire.

  2. cava76 says:

    Grosse claque, gros son, j’adore mais est ce encore du sludge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *