Uneven Structure – Februus

1 Commentaire      2 392
Style: djent metal ambientAnnee de sortie: 2010Label: Basick Records

Les français de Uneven Structure partagent avec les suédois de Vildhjarta – dont j’ai écrit la chronique récemment – plus que des affinités musicales, les 2 groupes ont un parcours parallèle, ils se sont manifestement rencontrés tôt sur des forums internet et ont adopté la même démarche artistique : tout produire soi-même, bosser longtemps à élaborer un son personnel, en distillant régulièrement des démos, des vidéos sur le net, histoire de faire monter la sauce avec une promo s’en tenant au principal, la musique. Pomper Meshuggah aussi, comme tous les groupes qui ont participé au développement du mouvement djent, leur metal doit beaucoup aux polymétries, aux riffs saccadés et au son massif dans les infrabasses des suédois.

Le nom de Uneven Structure n’est d’ailleurs pas là par hasard, toute la musique du groupe tourne autour de structures asymétriques, à mille lieux du rock et du binaire. On pense rapidement à Tesseract, Uneven Structure utilisant le même principe de confrontation entre atmosphères éthérées aux guitares claires baignées d’effets et riffs saccadés assomants et groovy, avec un chant à 2 facettes, hurlé et chanté. La démarche est la même mais le résultat assez différent, Uneven Structure prend beaucoup plus de temps à développer des ambiances, des passages réellement « ambient » relient d’ailleurs le tout et participent à assurer la cohésion de l’album. N’étant pas franchement amateur d’interludes de bruit blanc s’éternisant, c’est pas ce que je préfère chez eux, le 2ème disque purement ambient me laisse d’ailleurs de marbre.
Ce travail sur les ambiances est donc tout autant une réussite qu’un défaut car Februus se révèle parfois de ce fait à la longue un peu monotone, l’album semblant défiler comme un long morceau composé de différentes variations. On passe de passages lumineux aux nappes vaporeuses et aux echos d’arpèges à des rythmiques complexes appuyées par des guitares chargées en basses, le chant  accompagnant les différentes phases avec force et cohérence, aussi à l’aise et puissant dans chaque style, mais c’est parfois difficile de repérer si on est encore sur la même plage. Ça fonctionne sur ce 1er album concept, Februus se doit de ce fait d’être écouté d’une traite, reste à savoir comment le groupe concevra un second album en évitant la redite.

Je ne les ai pas vu sur scène, mais j’imagine que de ce fait il doit être difficile de donner de la dynamique à leur set sans que le soufflé retombe après quelques morceaux. A voir, on pourrait être surpris tant tout dans ce projet a quelque chose de remarquable, rien n’a été laissé au hasard, la musique avant tout, la production mais également l’artwork, superbe. C’est de toutes façons agréable de voir un groupe de cette trempe émerger dans le style en France.

En écoute sur le soundcloud de Basick Records:
http://soundcloud.com/basickrecords/sets/uneven-structure-februus

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Sammy says:

    A part quelques pionniers du style, Meshuggah, Textures, le style me laisse de marbre mis cet album se laisse écouter agréablement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *