Colored Moth – Dim

Pas de commentaires      6 164
Style: noise rock/90's post-hardcoreAnnee de sortie: 2019Label: Wolves And Vibrancy Records

Trio berlinois fondé en 2013, Colored Moth est un groupe multi-cartes jouant une musique au spectre plutôt ouvert entre noise, punk, screamo, post-hardcore et autres expérimentations. Un panel déjà matérialisé dans un premier album (Fragmenting Tensions – 2016) et qui montrait alors que les allemands avaient une multitude d’idées. Et des idées, ils n’en manquent pas pour ce Dim !

Le champ d’influences de Colored Moth est varié, les influences sont parfois perceptibles, mais on sent que le trio possède SON truc. Ainsi les deux titres d’ouverture possèdent en commun cette force dissonante abrasive complétée par un chant expressif aux réminiscences de Fugazi. Une influence que l’on retrouve dans les riffs qu’on pourrait aussi rapprocher de The Jesus Lizard voire d’un Daughters (dernière époque). Vient ensuite « C », premier interlude qui sera complété plus tard par « A », « L » et « M » (vous l’avez compris, ça donne « CALM »), moments expérimentaux, parfois drone, qui marquent donc des césures dans l’organisation de l’album.

Les quatre titres suivants le premier interlude sont, chacun à leur manière, quatre petites bombes, notamment « Del » au feeling punk survolté ou l’expéditif et haché « The Social Darwinist Program ». « Der Blinde Uhrmacher » surprend ensuite pas mal en développant son atmosphère quasi crépusculaire. Un titre instrumental qui montre l’étendue du talent du trio, autant dans l’urgence que dans la création de riffs plus développés. Un constat qui se fait également pendant « Indefinite Hiatus » où la basse bien pesante va de pair avec les nerfs du vocaliste, un titre qui rappellera un peu Birds In Row. Une influence que l’on retrouvera aussi dans le final « H.Useless » (qui se terminera ensuite dans un riff noisy répétitif devenant peu à peu plus calme comme les interludes l’annonçaient).

Dim est donc un album organisé de façon très singulière, morceaux tendus et nerveux d’abord puis les plus structurés et mélancoliques viennent à la fin, tout ça articulé autour de ces interludes. Et même si l’on peut trouver ce postulat un brin bordélique, Colored Moth demeure abrasif dans sa réinterprétation du post-hardcore/noise des 90’s. Une très bonne découverte qui promet d’intenses prestations live !

  1. Letters To Aldous
  2. Maelstrom
  3. C
  4. Whataboutism
  5. Cognitive Bias
  6. Del
  7. The Social Darwinist Program
  8. A
  9. Der Blinde Uhrmacher
  10. L
  11. Indefinite Hiatus
  12. M
  13. H.Useless

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *