Wyrmwoods – Gamma

Pas de commentaires      110
Style: black metal expérimentalAnnee de sortie: 2020Label: Inverse Records

Projet solo d’un certain Nuurag-Vaarn, entité mystérieuse basée à Oulu (Finlande), Wyrmwoods fait du black metal plutôt avant-gardiste depuis quelques années, ayant déjà sorti deux albums (Earth Made Flesh en 2017 et Spirit & Teeth l’an dernier) avant ce Gamma. L’univers déployé par le finlandais est assez unique, possédant l’esthétique sonore des années 90’s ainsi qu’une écriture plutôt singulière.

Construit autour d’atmosphères progressives plutôt mélodiques, Gamma est de ces mystérieux albums qui envoûtent ou rebutent. Le grain sonore est assez plat avec une production apparemment désireuse de sonner authentique (avec sons de synthés à l’ancienne bien présents), mais l’immersion parvient à se faire sans trop de difficultés. La voix apparaît plutôt volubile, crachée, criée voire growlée, elle accompagne parfaitement le blizzard de riffs plutôt dissonants qui pullulent dans ces compos aux structures assez alambiquées.

Le monsieur livre en effet un album du genre labyrinthique, empruntant pas mal de chemins de traverse mais gardant un fil d’Ariane dans sa poche pour retrouver son chemin. Ainsi certaines progressions pourront évoquer Ihsahn, d’autres Imperial Triumphant (grâce à des phases jazzy avec saxo plutôt bien intégrées au reste comme sur « Subterrane ») ou encore Oxiplegatz pour son aspect sonore un brin sci-fi version lo-fi (sur « Astralanum » notamment), influences qui démontrent des envies de sonner original malgré l’aspect « classique » de l’approche sonore de Wyrmwoods.

Le ressenti au fil des écoutes de ce Gamma est variable, on se laisse transporter, parfois malmener, au gré des expérimentations, soli et autres surprenantes cassures rythmiques qui fourmillent de tous les côtés (sur « Koraktor » ou l’atmosphérique « Solanus » par exemple), mais parfois c’est l’aspect brouillon qui prime, l’abondance de notes et l’agencement biscornu des compos devenant parfois éreintant pour l’auditeur. Bref, un album-curiosité (à la cover assez moche) qui baigne dans une ambiance mélangeant old school et bizarrerie, que ça vous plaise ou non, vous ne resterez pas indifférent.

  1. Astralanum
  2. Karamoon
  3. Alzabo
  4. Subterrane
  5. Koraktor
  6. Antigone
  7. Solanus
  8. Nix

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *