Palace Of Worms – Cabal

Pas de commentaires      208
Style: avant-garde/doom/black metalAnnee de sortie: 2023Label: Acephale Winter Productions

Projet solo monté par Balan (Obso Obsidium, ex-Botanist), Palace Of Worms a débuté comme un projet solo de black metal lambda avant de s’ouvrir vers de très nombreuses inspirations où doom, death metal, influences goth, jazz et autres expérimentations se côtoient dans un univers moribond toujours très surprenant. Et s’il est la tête pensante du projet,Balan s’est quand même entouré d’une équipe très fournie et même assez surprenante sur ce Cabal, invitant par exemple Dylan Smith (Thief), Shelby Lermo (Ulthar, Vastum), Hunter Burgan (AFI), Andy Way (Sutekh Hexen) ou encore Trevor Deschryver (Lycus, Whirr). Une collection de collaboration pouvant paraître trop ouverte mais qui correspond assez bien aux ambitions de son géniteur: créer un tout unique, aussi florissant que lugubre.

Débutant avec une atmosphère de western, « Thelepathic Crucifixion » va ensuite partir dans un éclectisme déroutant, mixant death metal et ambiance gothique à des riffs froids d’obédience black metal. Et ce n’est alors que le début ! Palace Of Worms se promène régulièrement sur la piste du doom, mais là aussi au sens très large du terme: sludge dans le riffing sur « Bizarre Blood And Exhumations », plus progressif sur « Rebirth Of Nihil » ou quasi stoner sur « Cessation Of The Heart » (où l’on entend même un solo d’orgue Hammond). Un goût pour la lenteur morbide qui se mêle sans problème avec de surprenantes expérimentations comme l’apparition d’un saxo donnant à « When The Stones Come Tumbling Down » le même sentiment d’ivresse malsaine d’un Imperial Triumphant, ou encore « Cabal » qui nous gratifie d’une sorte de trip-hop planant avec voix féminine.

Si un tel mélange des genres peut paraître déstabilisant voire imbitable, Palace Of Worms parvient à rendre chacune de ses compos particulièrement prenante, notamment grâce à une gestion millimétrée des atmosphères, tantôt gothico-hantées, tantôt plus monstrueuses, même si certaines sont « difficiles » (la fin « bruit blanc » de « Rebirth Of Nihil »). Annoncé comme l’ultime album du projet, Cabal ose et donne tout, bouleverse toute attente ou formatage, et se destine avant tout aux aventuriers passant dans le coin.

  1. Thelepathic Crucifixion
  2. Bizarre Blood And Exhumations
  3. Through The Dark Ashes
  4. When The Stones Come Tumbling Down
  5. Cabal
  6. Cessation Of The Heart
  7. Rebirth Of Nihil
  8. Winterbird

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *