Amyl and the Sniffers – Comfort to Me

Pas de commentaires      376
Style: Punk RockAnnee de sortie: 2021Label: Rough Trade Records

Oui oui je sais… Cette pochette est effectivement assez dégueulasse (il existe une variante beaucoup plus supportable visuellement à mon sens, dommage que le choix ait porté sur celle que vous voyez ci-dessus). Ça devrait être interdit de sortir un disque avec une pochette pareille, a fortiori un disque de cette qualité, car c’est bien de cela dont il s’agit. Rien de moins que le disque qui a réussi il y a plusieurs semaines à me faire sortir (temporairement bien sûr, car il y revient toujours à un moment ou un autre) Glow On de la platine rendez-vous compte, une petite performance en soi donc.

Je ne connaissais pourtant rien de cette formation australienne formée en 2016 avant de poser mes oreilles sur leur deuxième album fraîchement sorti il y a quelques semaines. Dans l’esprit « colocation » qu’on associe à tort ou à raison à un mode de vie « punk », certainement accentué par la crise du Covid et les restrictions de mouvement associées, la troupe emmenée par Amy Taylor a mis à profit cette période de « no live » pour accoucher de cette petite pépite de presque 35 minutes, constituée de tubes, et uniquement de tubes, avec un délicieux mélange de punk, post-punk (on pense un peu à Idles sur « Hertz »), et même des guitares presque metal comme sur les bien bourrins « Capital » ou « Choices ».

Difficile aussi d’évoquer ce groupe sans parler d’Amy Taylor, chanteuse et meneuse du groupe, véritable pile électrique musculeuse façon Iggy Pop, la coupe mulet en plus. On retrouve dans sa diction scandée, exagérée par son accent australien à couper au couteau, ce côté punk si particulier qu’on trouve aussi dans des groupes comme Sleaford Mods, The Drones / Tropical Fuck Storm ou encore Viagra Boys, trois groupes avec lesquels la jeune femme a d’ailleurs collaboré à un moment donné. Alors clairement la jeune femme sera probablement responsable du rejet que suscitera son groupe chez certaines personnes, même si son chant est à mon sens la parfaite incarnation du mot « punk » et sied à merveille à ces compositions jouissives et d’une efficacité redoutable.

Faites-vous votre propre idée en écoutant un des titres sous cette chronique, vous serez rapidement fixés quant à ce que vous inspirera le chant de cette petite furie en diable, pour ma part j’y retourne !

Tracklist :
01 – Guided by Angels
02 – Freaks to the Front
03 – Choices
04 – Security
05 – Hertz
06 – No More Tears
07 – Maggot
08 – Capital
09 – Don’t Fence Me In
10 – Knifey
11 – Don’t Need a Cunt (Like You to Love Me)
12 – Laughing
13 – Snakes

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1160 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *