Ion Dissonance – Breathing Is Irrevelant

8 Commentaires      1 378
Style: hardcore technico-chaotiqueAnnee de sortie: 2003Label: Willowtip Records

Ion Dissonance est, avec Cryptospy, Into Eternity, Nora, Daughters ou encore A Perfect Murder un des représentants de l’extrême canadien même si chacun de ces groupes évolue dans un style différent. Sorti fin 2003 sur le label londonien Cacophonous Records, Breathing Is Irrevalent est le premier album de ce jeune groupe.

Ion Dissonance se situe dans le même registre que des groupes comme The Dillinger Escape Plan, The End, Upphil Battle, c’est à dire ce qu’on pourrait appeler le hardcore technico-bourrin. Oui, Ion Dissonance est un groupe technique, ses membres ayant fait leurs gammes dans des groupes de jazz. Bourrin, il l’est assurément.

La première chose qui saute aux oreilles dès le premier morceau, c’est le son. En effet, il est particulier, et tend un peu a étouffer le tout, les guitares surtout. Ce son est en effet particulier pour ce style de musique, étant donné qu’il fait moins « clair » que celui de DEP par exemple. Un choix de son étonnant, qui, personnellement, me lasse un peu. La basse, elle, est parfaite. Tantôt jouée au doigt, tantôt au médiator, elle ne suit pas tout le temps les riffs de guitares, elle est « indépendante ».
La batterie quant à elle est l’instrument le plus en avant, celui qu’on entend le plus dans l’album. Alors là, on a affaire à un bûcheron, un vrai bourrin qui ne fait pas de détails : de la cymbale, il y’en a, de la caisse claire, il y’en a, et des blasts aussi. Ce batteur la est une bête technique, il n’y a aucun doutes.
Le chant quand a lui est monotone. Il fait un peu penser à celui de Meshuggah. Contrairement aux autres instruments, la voix reste toujours dans le même ton et manque un peu d’un brin de folie.

La technique ensuite. Ion Dissonance sait martyriser nos tympans. Aucune structure conventionnelle, les morceaux font un peu le même effet qu’un rouleau compresseur : ça démarre et ça écrase tout. Pas de répit jusqu’à la fin du morceau. Les 5 canadiens mettent une baffe techniquement. Certes, ce ne sont pas Vai ou Satriani (quelque part c’est pas plus mal…), mais certaines compos sont quasiment progressives, en gros, il y’a 20 notes a la seconde. Mais attention, cela ne veut pas dire qu’ils vont nul part, non, ils ont une synchronisation déconcertante (le style oblige), et leur musique ressemble à quelque chose. Je vous laisse deviner que ce groupe est difficile d’accès, réservé aux fans de ce style de musique, mais ceux-ci y trouveront assurément leur bonheur.

En définitive, Ion Dissonance est un des meilleurs groupes de hardcore-torturé-technico-chaotique-bruyant-fou (a peu près), Breathing Is Irrevalent est composé de morceaux impressionnants, en particulier « Binary Part II » (et le seul passage calme de l’album), et «The Death Of One Man Is A Tragedy, The Death Of 10 000 Is A Statistic ».
Dommage que le problème du son sur cet album soit persistant. Un son moins « fouilli » et moins stridant dans les aigus aurait eu un impact encore plus violent sur ce style de compositions. Espérons que leurs futures créations seront mieux retranscrites en studio.

  1. substantial guilt vs. the irony of enjoying
  2. the bud dwyer effect
  3. failure in the process of identifying a dream
  4. 101101110110001
  5. binary, part ii
  6. the death of one man is a tragedy, the death of 10,000 is a statistic
  7. oceanic motion
  8. the girl nextdoor is always screaming…
  9. a regular dose of azure
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. kollapse says:

    hem…pas vraiment d’accord avec la chro jdois dire.tt d’abord on pourrait penser que ion dissonance est un groupe de + ds le genre hxc chaotique or il n’en est rien…le son de la gratte est ahurissant , monstrueux , g rarement entendu un son de gratte aussi gra(s)ve et c franchement ce que j’aime chez ce groupe et ce qui en fait sa spécificité.le chant est en effet à rapprocher de kidman de meshuggah et s’il est vrai qu’il peut paraitre monocorde pr certains , moi j’adore son style delirant-psychotique , ça a son charme ça aussi je trouve…le batteur est enorme ça c un fait!le bassiste n’est pas en reste et est « à part » comme le dit la chro.Bon venons-en , aux compos.c’est bien la le point auquel cette chro ne rend vmt pas justice…elles sont construites de manière atypique(et dc barré) , mais malgré tt ce bordel il y a un réel sens(heureusement on me dira) et un sens foutrement génial à mes oreilles je dois dire…c après qques ecoutes attentives que l’on peu distinguer des titres ou l’emotion est très présente(si,si ecouter la 3 « failure in the process…, »a regular doze of azure… ») meme si le tout est enrobé de manière très brutale ,ça reste perceptible.Ion Dissonance est pr moi un des grands espoirs de la musique extreme en général et j’attends avec la + grosse impatience leur prochain méfait.18.5/20 pour ce « breathing is irrelevant »

  2. fewz says:

    bon, on a le droit à une mini chronique de kollapse..!! qui je le pense devrait intégrer le staff Eklektik. Sinon pour ce qui est de mon avis sur l’album, je dois dire que je l’écoute depuis quelques semaines maintenant et plus je l’écoute plus il se révèle et plus je l’adore… personellement j’aurai mis un bon 18! Enfin bon, les notes ça veut rien dire… D’ailleurs j’aimerai bien avoir un autre système pour donner mon avis.

  3. Crusto says:

    Eh ben chacun son avis, j’ai ecouté cet album pendant des mois (4 en continu) et cet album me lasse de plus en plus, le son etant le principal « fautif ».

    [elles sont construites de manière atypique(et dc barré) , mais malgré tt ce bordel il y a un réel sens(heureusement on me dira) et un sens foutrement génial à mes oreilles je dois dire…] —> Tu me reproches ce que j’ai ecrit (Aucune structure conventionnelle, Mais attention, cela ne veut pas dire qu’ils vont nul part, non, ils ont une synchronisation déconcertante, Ion Dissonance est un des meilleurs groupes de hardcore-torturé

  4. Crusto says:

    J’ai dit dans le chro que les morceaux etaient hallucinant, mais que je trouvait le son un peu ‘inadapté’, trop etouffé. C’est ecrit dans la chro… ;-)

  5. cava76 says:

    Sympa cet album, pour un style destroy un PEU similaire THE RED CHORD est pas mal non plus.

  6. Ocean? says:

    Bonne chro je trouve, effectivement le son est bizarre et il faut s’y habituer, mais les morceaux déchirent grave. Excellent groupe, vraiment !

  7. kollapse says:

    ce groupe est absolument E-NO-RME! De tous les groupes officiant dans le genre « math-core extreme » auxquels on peut rattacher The End,Psyopus,DEP,Uphill Battle,Paria,Into The Moat,Glass Gasket et j’en passe, c’est Ion Dissonance qui est le groupe qui m’impressione le plus : intensité constante, chanteur cinglé, le son de gratte accordé + bas que terre, un batteur de folie…bref tous les talents du monde sont rassemblés dans cette galette explosive qui n’attend qu’un successeur pour faire encore mieux!Inimaginable. 18.5/20

  8. raikoh says:

    Je parcours les chro, et en voyant celle de « Breathing Is Irrevelent », je ne peux m’empêcher d’y aller de mon petit commentaire.
    Il y a beaucoup de critiques au sujet du son de Ion Dissonance, et je me « tue » à défendre l’approche de leur production.Ce son de guitare est véritablement leur marque de fabrique et je trouve qu’il se sont bien demerdés pour faire sonner des guitares désaccordées aussi bas.La disto privilégie largement les mediums, et c’est ce qui donne ce son caracteristique, qu’on retrouve aussi sur « Chaosphere » de Meshuggah. Pour la voix, il ne me semble pas qu’elle soit si monotone que ça, sachant que je l’ai tjrs rapprochée des vocaux d’un groupe que j’adore,Burnt By The Sun…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *