Gorod – A Perfect Absolution

CDDG-6P1T1R-002.pdf

Je ne vais pas faire le type qui apprécie le groupe depuis des lustres. Les français de Gorod sortent là leur 4ème album, et si j’avais écouté Process of a New Decline, je trouvais le style du groupe trop agressif et dense à mon goût, j’en retenais un death technique brutal, en témoigne leurs tournées avec Kronos et Benighted ou Immolation. L’EP Transcendence l’année dernière me remet un pied dans le groupe, j’ai alors commencé à apprécier Gorod à sa juste valeur et, comme ça arrive souvent dans ces cas-là, je suis revenu sur les albums précédents du groupe avec une oreille nouvelle.

« Transcendence », c’est surtout ce morceau de 15 minutes, sorte de voyage « metal prog extrême » auquel j’ai immédiatement accroché. Une dynamique qui ne faiblit pas sur cette durée, tout en explorant plusieurs variations sur une thématique musicale pas moins complexe mais plus aérée que dans leur répertoire passé, contrebalançant la violence des voix par des mélodies prog aux gammes arabisantes et des leads mélodiques lumineux. Un morceau fleuve qui m’a rappelé le meilleur d’un autre groupe français, Symbiosis.

Ce paragraphe précédent pour me rattraper de ne pas avoir chroniqué cet EP qui a pourtant beaucoup tourné chez moi, mais Transcendence marque également un tournant majeur dans la musique et la carrière du groupe avec l’arrivée de nouveaux membres, le plus symptomatique étant Julien (également chez Zubrowska) au micro, la musique de Gorod s’en trouvant forcément influencée.

Après une intro (dispensable), l’album démarre en fanfare avec « Birds Of Sulphur » qui remet les choses en place. Si Gorod s’est ouvert à des influences plus progressives, le groupe pratique toujours un death metal complexe et incisif. Les 2 guitares occupent tout l’espace avec des riffs techniques, mélodiques, rapides, Gorod a un réel talent pour composer des riffs mémorables, entêtants, sur différents tons, qui évitent toute redondance entre les morceaux de l’album. L’évolution est relativement légère mais sensible, le côté prog amène de la mélodie, sans que l’ensemble perde pour autant en agressivité. Ils évitent juste l’effet bloc monolithique (voir Spawn of Possession, Psycroptic…) en se permettent des moments progressifs, des solos éclaircissant un break, de petites expérimentations plus légères (intros claires, solos jazzy, influs samba sur un passage) mais retombent pour autant toujours sur une base habituelle pour le groupe. L’évolution est trop naturelle pour qu’on puisse parler d’une nouvelle approche mais c’est sûrement ce qui rebutera certains fans de leurs premiers albums. A vrai dire, on sent l’influence de la scène américaine, un petit brin de The Faceless en plus,dont le  leader pose d’ailleurs un solo (sur “The Axe of God”, il y a également un solo de Christian Muenzner d’Obscura sur “Carved in the Wind”), et un peu moins de classicisme technodeath à la Necrophagist.

Le nouveau chanteur ne fait pas seulement du bon boulot, il surpasse largement le précédent à mon goût. Les amateurs de death old school pinailleront certainement sur le fait qu’il s’échappe parfois des éternels growls gutturaux propre au style et varie ses interventions, avec des cris rageurs débordant sur le deathcore, des spoken words graveleux bien sentis, et même quelques voix toujours arrachées mais au fond mélodique  sur « The Axe Of God ».

J’aurais tendance à penser que « Transcendence » étant si bon, le nouvel album en patit étant donné qu’aucun des morceaux présents n’est aussi bon à mon goût, mais il forme un tout solide, les 8 morceaux ont tous leur intérêt et A Perfect Absolution s’en sort comme le meilleur album du genre cette année à mon goût pour l’instant. J’en viens à me demander pourquoi j’avais ignoré ce groupe jusqu’à maintenant, leurs albums précédents étant également très recommandables, une belle découverte comparable pour moi à celle des canadiens de Beyond Creation l’année dernière.

TAGS : ,
GROUPES:
STYLE: ,

A PROPOS DE jonben

jonben Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande.                           [http://jonben.jux.com] [http://jonben.bandcamp.com]

jonben a écrit 452 articles sur Eklektik.

2 commentaires

  1. Yes, du tout bon.

    • (Sauf le passage sur « The Axe of God » qui ressemble vraiment trop à du Opeth)

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • kerretta-pirohiaGueff | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    C'est carrément très très bon tout ça! Je valide, plussoie et tout ce qui s'en suit :) (Désolé de ne pas avoir de critique plus constructive, je suis juste d'accord :p )
  • slipknot-the-gray-chapter-newCaptain Igloo | 27 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Je ne comprends pas vraiment ce que l'on peut reprocher à cet album, pour peu que l'on apprécie ou qu'on ait apprécié au moins un des albums précédents du groupe ! Ceux qui ont toujours dénigré, détesté le groupe ou simplement le style (moi j'appelle ça simplement du Metal) n'apprécieront toujours pas ! Après plus...
  • bbng-iiiAER | 25 octobre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Encore des protégés du dieu Gilles Peterson, BBNG c'est la nouvelle vague jazz ayant digéré la pop/le r&amp;B/ l'electro et le hip hop. On pourrait ajouter les australiens de Hiatus Kayote, Snarky Puppy (dans le style plus big bang) et les petits chouchous de Quincy Jones "Dirty Loops"…tout ça sous l'oeil des grands frè...
  • lonely the brave-the days warAER | 25 octobre 2014
    Lonely the Brave – The Day’s War
    Première partie de Deftones l'an dernier au zénith de Paris et une bonne partie du public s'en foutait alors que ce groupe sonne plutôt bien, il me fait penser à cette vague de groupe des années 2000 un post- hardcore et rock comme Hundred Reasons et Hell is for Heroes, je suis d'accord sur la voix entre Cold et Vedder (san...
  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...
  • fartbarf-dirtypowerRémi | 19 octobre 2014
    Fartbarf – Dirty Power
    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.