A Life Once Lost – Ecstatic Trance

Pas de commentaires      1 162
Style: groove metal/hardcoreAnnee de sortie: 2012Label: Season of Mist

A Life Once Lost où l’exemple du groupe avançant à son rythme en toute indépendance, produisant des albums régulièrement depuis 2000, en changeant légèrement de style à chaque fois, mais sans vraiment suivre la mode du moment. Chaque album du groupe a sa propre patte, les débuts portaient plutôt la marque de Pantera, même si Meshuggah a toujours été leur influence principale et cela, bien avant tous les autres groupes qui s’y sont mis par la suite. A Life Once Lost a toujours eu également un son metalcore, brut, organique, limite bestial, avec une touche américaine « southern », un son très éloigné de la froideur mécanique des suédois, plus proche de celui de Burnt by the Sun par exemple.

Chaque album du groupe a sa propre patte et Ecstatic Trance n’est pas en reste, ces 10 titres partagent des sonorités communes, on retrouve sur quasiment tous les titres certains effets psychédéliques (wah wah, delays). A part le très Lamb of God « Madness is God », pas vraiment de titre groovy as fuck à la façon de leur morceau phare “Vulture”. Sur l’album précédent, Iron Gag, le tempo s’était déjà sensiblement ralenti, c’est encore le cas ici, l’énergie frénétique et les fanfaronnades sudistes ont presque disparu au profit de riffs toujours agressifs et rythmiques mais plus rotatifs, déroulés en boucles lancinantes. Le terme « trance » n’est pas usurpé dans le titre de l’album, dommage qu’il se traduise également par un côté très répétitif, ce qu’accentue encore la voix hurlée d’une puissance phénoménale mais qui rivalise en monotonie avec celle de Jens Kidman.

Ma vision de la musique d’A Life Once Lost est paradoxale, d’un côté j’aime toujours beaucoup quelques morceaux de leurs albums, d’un autre je trouve leur écoute de bout en bout pénible sur la durée, et Ecstatic Trance ne fait pas figure d’exception. Difficile de trancher donc, ce n’est pas un mauvais album, mais un album qui fait son effet quand écouté avec modération.

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *