Septa – The Lover

Pas de commentaires      1 847
Style: rock/metal alternatif progressif et atmosphériqueAnnee de sortie: 2013Label: autoproductionProducteur: Matt Bayles

Nous arrivant tout droit d’Odessa (Ukraine), Septa nous offre (littéralement puisque c’est en téléchargement gratuit sur Bandcamp) un EP particulièrement intéressant avec The Lover. Assez difficilement classable, le groupe emprunte des éléments de différents styles pour un résultat final singulier et surprenant.

Le rock/metal alternatif des ukrainiens est baigné d’influences multiples et variées pour un rendu plus expérimental que ne le laisse paraitre cette appellation stylistique. Agrémenté d’un son puissant et limpide signé Matt Bayles (producteur d’Isis, Mastodon, Botch et autres Horse The Band), The Lover débute par 12th à l’introduction Toolienne, le morceau évolue ensuite vers un mix de post-metal agressif puis surprend par ses envolées vocales proches d’un Serj Tankian (et ce, même sur le final apaisé sur fond de violons). Cela nous fait un titre d’ouverture au contenu varié mais cohérent.

Enter The Butterflies s’inscrit ensuite instantanément comme LE single de cet EP. Chant touchant et atmosphères contrastées en font l’exemple-type du morceau imparable qui reste dans la tête longtemps après l’écoute. Discouraged One reprend ensuite les choses plus nerveusement, une fois encore les vocaux sont malléables, allant d’un chant à la Jonathan Davis (Korn) jusqu’à même des hurlements bien agressifs.

Her Body Still Sings marque le retour de la facette atmosphérique des ukrainiens. Les arrangements sont superbes et le chant, un peu plus en retenue, contribue à l’installation d’un climat planant et envoutant. Le contrasté Widower poursuit entre minimalisme (pendant l’intro) et ce mix d’agressivité et de mélodie vocales amenant parfaitement Eulogy (Epilogue). Cet ultime morceau, avec son intro constellée d’éléments électroniques/ambient vire finalement dans une virulence qui voit sa férocité se décupler au fur et à mesure, vocalement comme instrumentalement parlant.

En dépit de familiarités mélodiques et d’un chant au timbre qui ne plaira pas à tout le monde (mais auquel on s’habitue parfaitement), il y a vraiment de bien belles choses dans The Lover ! Nul doute que cet EP ouvrira bien des portes à Septa et qu’on réentendra parler de ces ukrainiens très bientôt.

  1. 12th
  2. Enter The Butterflies
  3. Discouraged One
  4. Her Body Still Sings
  5. Widower
  6. Eulogy (Epilogue)

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *