Leprous – The Congregation

5 Commentaires      1 855
Style: Prog MetalAnnee de sortie: 2015Label: Inside OutProducteur: David Castillo, Heidi Solberg Tveitan & Vegard Tveitan

On peut dire que les norvégiens de Leprous savent décidément ménager leur effet… Parce que la claque de The Congregation prend vraiment tout son sens à l’écoute de l’oeuvre dans son intégralité. Et puis mettre « The Price » en avant comme « single » de l’album, reste à mon humble avis un choix étrange, sinon une erreur, tant l’album regorge de titres plus marquants. Au rayon des erreurs ou des choix surprenants, on sera aussi en droit de s’interroger sur cette pochette étonnamment glauque. Pas qu’elle soit laide, mais elle pose clairement une certaine ambiance, une atmosphère un peu glauque qui n’est pas forcément très en adéquation avec le contenu de ce 5ème album des norvégiens.

Car cet album, plutôt aérien, a vraiment de très belles choses à offrir… On est habitué à se méfier de ces diables de Leprous qui après avoir mis à peu près tout le monde d’accord avec Bilateral en 2011, avaient quelque peu désarçonné leur monde avec leur 4ème album (Coal), un vrai grower, qui commençait d’abord par énerver, pour finalement mieux envoûter. Les choses sont un peu différentes avec The Congregation, à commencer par le fait que cet album soit finalement dans la continuité parfaite de Coal, et en cela ne devrait pas décontenancer les amateurs des compositions léchées et délicieusement prog du groupe.

Le groupe continue donc dans sa voie, un style immédiatement reconnaissable du reste, qui met aux avant-postes la voix exceptionnelle d’Einar Solberg, par ailleurs compositeur en chef de la troupe. Plus que jamais The Congregation, est un album « rythmique », les instruments étant plutôt là pour servir et soutenir la voix (ou les voix, puisqu’on retrouve régulièrement des chœurs ou des voix doublées), qui distille les mélodies (cf les refrains de « Third Law », ou « Moon ») et les montées en puissance de façon parfois impressionnante. Cela ne veut pas dire que les musiciens du groupe se contentent de faire de la figuration, loin s’en faut même. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter le fabuleux « Rewind » et son final proprement hallucinant et halluciné. A noter que le groupe a intégré pour cet album, un nouveau batteur en la personne de Baard Kolstad qui est venu remplacer le batteur de longeur date du groupe Tobias Ørnes Andersen. Le petit nouveau (qui avait déjà joué avec le groupe sur la tournée Coal) fait vraiment des étincelles, son jeu versatile et puissant accompagnant à merveille les élans prog du groupe.

Mais je le disais c’est vraiment Einar qui impressionne encore et toujours, et qui emportera à coup sûr l’adhésion ou le rejet de l’auditeur, qui pourra le trouver un peu trop présent voire un peu lourdingue s’il n’adhère pas à son style. En effet ses vocaux particuliers (mais superbes) ne font pas franchement dans la dentelle, son registre majoritairement clair ayant un côté théâtral voire presque d’opéra avec des montées impressionnantes. A noter qu’il passe en mode agressif/black à de rares occasions, qui sont d’autant plus marquantes et puissantes du coup (la fin de « Rewind » encore, ou l’accélération du pont de « Slave »).

Proposant au final une approche prog résolument moderne, avec des rythmiques saccadées qui peuvent ponctuellement évoquer le djent (« Red », « Triumphant ») le groupe propose un album parfaitement remarquable, qui ne devrait pas décevoir les amateurs du groupe qui l’ont suivi jusque-là. Pour ma part The Congregation, qui fera sans aucun doute partie des meilleurs albums de 2015, confirme Leprous comme un des groupes les plus intéressants du moment.

Tracklist :
1. The Price
2. Third Law
3. Rewind
4. The Flood
5. Triumphant
6. Within My Fence
7. Red
8. Slave
9. Moon
10. Down
11. Lower

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 889 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. letatar says:

    Très heureux de voir un des batteurs les plus intéressants du moment intégrer… beh un des groupes les plus intéressants du moment, tout à fait d’accord avec toi Krakoukass. Par contre j’aime beaucoup ce choix de mettre en avant « The price », je ne me lasse pas de ce clip.

  2. jonben jonben says:

    J’avais lu que le batteur avait changé mais je ne savais pas que c’était celui de Borknagar. Effectivement le jeu de batterie apporte quelque chose de plus, par contre cet accent mis sur les rythmiques devient un peu redondant sur la longueur de l’album. Un des albums de l’année pour moi aussi cela dit.

  3. ichimatsu says:

    Merci pour cette découverte, avec un nom pareil, je m’attendais à un truc plus bourrin, genre Death Black, mais pas du tout, et c’est pas mal, très original dans la production, (y’en a qui ose encore et c’est tant mieux), ça me penser à Endorphinia de Follow The White Rabbit par quelques touches ici et là (et ça me redonne l’envie d’écouter Follow…) mais je pense aussi à Exotic Animal Petting Zoo…bon on pourrait en citer plein d’autre, mais cet album est pas mal (de mieux en mieux je pense après plusieurs écoutes). J’ai eu peur en écoutant « The Price », assez commercial en fait, mais les arrangements m’ont parru « bizarre » – « pas commun » – « originaux », alors direction l’album qui laisse place à d’autres envolées métalloides expérimentales bien chiadées que je réécouterais volontiers.

  4. Xerocitoyen says:

    Groupe étrange, musique insaisissable, sans être fan du genre j’ai bien été collé par cet album. Et puis en passant, belle refonte du site, c’est beau comme ça!

  5. Angrom Angrom says:

    Un peu comme l’album précédent, il m’a fallu les voir en live, où le groupe excelle, pour en prendre toute la mesure.
    Un très bon disque de l’année à coup sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *