Bardus – Stella Porta

Pas de commentaires      1 490
Style: noise/sludgeAnnee de sortie: 2016Label: Solar Flare Records

Avec sa cover ornée de champignons hallucinogènes (oui, on n’en voit pas souvent de cette couleur !), Bardus et son Stella Porta auraient pu être catégorisés dans le stoner psychédélique typique avant même d’en avoir écouté une note, grossière erreur. Il faut dire que le label sortant ce deuxième album du groupe de Philadelphie n’est autre que Solar Flare Records (Sofy Major, Pigs…), plus habitué aux déflagrations noise, on ne sera donc pas trop étonné d’en retrouver chez Bardus…

Noise et sludge font ici bon ménage dans un mélange aussi massif que groovy. « Smoke Bath » ouvre cet album avec une ambiance bien in your face, la rythmique quasi punk et les cris du vocaliste pour une première offrande des plus efficaces. Le rythme se veut plus sludge et rampant sur l’excellent « Monolith » avant que « Sky King » ne remette les gaz avec une belle virulence, deux titres sur lesquels la filiation mêlée de Eyehategod et de Unsane parait plus qu’évidente.

Si Bardus apprécie distribuer les tartines de saindoux, le groupe n’est pas contre des petites surprises pour l’auditeur: « Transcendence » et sa première partie sludge instrumental et surtout « Haze » et son chant clair, davantage typé grunge (façon Alice In Chains) nous propose deux excellentes sorties de leur schéma habituel. Un parti pris risqué pour « Haze » mais qui fonctionne parfaitement sans finalement trop dénoter du reste. Les deux derniers titres offrent aussi leur lot de réjouissances, « Oracle » d’abord, plus « posé » et atmosphérique (même si le côté malfaisant du groupe reste bien présent), et enfin « Clandestine », davantage arraché (principalement au niveau de la glotte), concluant magistralement cet album, entre nerfs à vif et riffs parfois typés postcore.

Bref, Stella Porta devrait certainement ravir les amateurs des précédentes sorties de Solar Flare, Bardus ne dénotant pas du tout au sein de leur catalogue. Sept titres poisseux et hargneux qui, sans tricherie ni surjeu, remplissent tranquillement leur rôle. Du lourd !

  1. Smoke Bath
  2. Monolith
  3. Sky King
  4. Transcendence
  5. Haze
  6. Oracle
  7. Clandestine

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *