Grindmother – Age Of Destruction

Pas de commentaires      1 207
Style: grindmothercoreAnnee de sortie: 2016Label: autoproduction

Si gueuler est universel, n’importe qui peut tenir le micro dans un groupe de grindcore. Caninus faisait gueuler des chiens, Sockweb une petite fille (dont le papa s’est malheureusement récemment donné la mort), Hatebeak un perroquet (et je pense qu’on peut trouver encore plein de « chanteurs » originaux). Comme son nom le suggère, dans Grindmother c’est donc une grand-mère qui gueule, celle-ci trône d’ailleurs fièrement sur la cover de ce Age Of Destruction.

Et lorsque le morceau-titre lance l’album, fini de rire ! La Grindmother (c’est donc aussi son surnom) n’est pas là pour faire du tricot et envoie quelque chose de puissant niveau vocal (et on sent même son charisme derrière) ! Accompagnée par un guitariste répondant au nom de Rain Forest et du batteur Tyson Apex (qui joue aussi dans The Apex), le trio canadien envoie un grindcore plutôt classique, entre ses attaques blastées très rapides et des moments où la rythmique se fait plus pesante (les deux derniers titres par exemple). Dix titres très courts pour presque 13 minutes qui au fil des écoutes, voient l’effet de curiosité totalement disparaitre au profit d’une envie frénétique de hochement de tête.

Pas trop d’inventivité musicale (mais en même temps on s’en cogne vu le style pratiqué) mais une véritable originalité donc: cette mamie de 67 printemps qui prouve qu’il n’y a pas d’âge pour prendre son pied en hurlant dans un micro, ses gueulantes tenant franchement la route (c’est qu’elle irait presque faire la nique à sa compatriote de Fuck The Facts !) sur des compos assez efficaces pour qu’on y revienne avec plaisir.

Bref, un projet pour le fun qui a connu son petit buzz il y a quelques mois et qui devrait aujourd’hui facilement rameuter de nouveaux curieux et surtout les convaincre. Et si votre mamie a souvent tendance à râler pour pas grand chose, faites-lui écouter un bon Napalm Death, ça pourrait bien lui faire abandonner son club de bridge et lui donner envie de monter un groupe. Alors à quand les cannes et les déambulateurs dans le pit ?

A noter que le mix a été signé par Joel Grind (Toxic Holocaust) et que le trio est toujours très actif puisqu’il a depuis enregistré une cover de Sepultura (« Slave New World »), visible ci-dessous.

  1. Age Of Destruction
  2. Mother Nature
  3. Fail To Cure
  4. History Repeats
  5. Beliefs Become Reality
  6. Manufactured
  7. Illusions
  8. Healing The Mind
  9. Media Spin
  10. Like A River Flows

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *