Wounded Touch – Americanxiety

Pas de commentaires      140
Style: hardcore chaotiqueAnnee de sortie: 2022Label: Smartpunk Records

La scène hardcore metal actuelle bouillonne considérablement en ce moment, de jeunes pousses vont et viennent avec aplomb et atomisent l’espace avec leur mix violence/chaos/énergie (citons par exemple Pupil Slicer ou Vein.fm dernièrement). Ajoutons Wounded Touch dans cette catégorie, jeune formation du Michigan qui aime le bordel et les espaces clos.

S’orientant du côté de Converge, The Chariot et d’Everytime I Die (RIP) sur des passages plus groovy, Wounded Touch balance vingt-six minutes de violence bien secouée menée par les cris stridents de son vocaliste Nick Holland. Un timbre auquel il faut se faire mais qui s’accouple parfaitement avec les secousses frénétiques distillées par ses partenaires de jeu. Ne se calmant qu’à de très rares occasions (les spoken words pendant « A Prayers Unwanted Answer » ou le surprenant final « The Last Night Of Autumn(Refrain) » où l’on croirait presque entendre du Poison The Well), il insuffle à cet Americanxiety toute l’urgence et la fureur nécessaires à ces onze titres, certes alambiqués mais non dénués de points d’accroche se distinguant du boucan (mention d’ailleurs à « Enemy Chords » aux effets faisant vriller les oreilles… de plaisir).

Se payant en plus le luxe d’un featuring de Trevor Stnad de The Black Dahlia Murder sur le percutant « Excerpts From A Violent Thesis », Wounded Touch fait son entrée dans le club du chaoxcore avec prestance et enthousiasme. Se dégage de l’écoute d’Americanxiety une fraicheur couplée à une forme d’euphorie donnant déjà fortement envie d’en écouter davantage. Bientôt ?

  1. On Serrated Headstrings
  2. Condolence And Autumn Nights
  3. The Splinter Waltz
  4. Excerpts From A Violent Thesis
  5. Routes Of Transmission
  6. Americanxiety
  7. Translating Threats In Morse Code
  8. Enemy Chords
  9. A Prayers Unwanted Answer
  10. The Killing Of A Year
  11. The Last Night Of Autumn (Refrain)

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.