Fragile Figures – Anemoia

Pas de commentaires      113
Style: electro/cinématographic/indus/noiseAnnee de sortie: 2022Label: Atypeek Music/Araki Records/KdB Records

Deux ans après la découverte Silent Scars, Fragile Figures fait son retour avec un second opus de post-rock qui n’en est pas réellement tant le duo colmarien l’accommode à sa propre sauce. En effet, le duo composé de Kai Reznik (guitares, machines) et Julien Judd (basse) était alors parvenu à sortir des poncifs du genre en injectant de fortes atmosphères dégageant une sorte d’intrigue hypnotique alternant avec des passages plus tendus où l’indus prend le dessus, ce sera aussi le cas avec cet Anemoia.

En effet, « The Collapsing Parts (I & II) » nous cueille à froid avec une boite à rythme oppressante introduisant ce titre introductif de presque dix minutes. Les instruments et machines la rejoignent pour une ouverture où noise et indus côtoient des nappes émotionnelles quoique bien froides. Une froideur qui va accompagner l’intégralité de ce nouvel album.

Une teneur plus opaque qui s’accompagne de mélodies qui prennent parfois le dessus: « Pulsar » et sa rythmique…pulsée aux rappels de 65daysofstatic mixés à de vieux Nine Inch Nails, ou bien l’onirico-futuriste « Coded In Your Blood » où l’on retrouve la voix parlée de la fidèle Sasha Andrès (qui participe aussi au projet solo de Kai Reznik). L’aspect post-punk/coldwave prend aussi les devants sur « Noar » et « Mute » où basse sautillante et guitare en cascades mènent les débats, cependant la rythmique synthétique vient nous rappeler qu’on est dans un futur où les machines tiennent le pouvoir.

Futuriste et urbain comme à son habitude, Fragile Figures poursuit son exploration sonore dans un univers teinté de science-fiction, anxiogène mais immersif grâce à une richesse de textures inouïe, ainsi qu’une créativité toute personnelle avec le cinéma comme toile de fond (« Trouble Screen »). Excellente confirmation.

  1. The Collapsing Parts (I & II)
  2. Coded In Your Blood
  3. Pulsar
  4. Alkaline Cloud
  5. Noar
  6. Trouble Screen
  7. Mute

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *