Witch Ripper – The Flight After The Fall

Pas de commentaires      281
Style: stoner/sludge mélodiqueAnnee de sortie: 2023Label: Magnetic Eye Records

Originaire de Seattle, Witch Ripper est un quartet annonçant jouer du « melodic sludge », une étiquette peu évidente (vous l’admettrez) et qui ne présage pas vraiment de ce que l’on peut attendre sur ce second album (le premier Homestead datant de 2018). Pourtant, The Flight After The Fall fait beaucoup plus qu’ajouter de la mélodie banale sur des riffs grassouillets, il déploie une grande variété de facettes, des détours et des surprises tout au long de ces cinq (gros) morceaux.

« Enter The Loop » installe donc une atmosphère montant peu à peu en intensité et en densité, le chant de Curtis Parker apparaît déjà très expressif et aussi à l’aise dans les envolées aériennes que dans les râles. Une entame plutôt entraînante même s’il y a un « mais » conséquent: la trop forte ressemblance du chorus avec Muse, tant dans le timbre vocal que dans les arrangements de claviers derrière, impossible de ne pas y penser à chaque écoute (ce qui ennuie un peu, je dois l’avouer).

Une impression plutôt étrange sur cette introduction qui ne ternit pas la suite de l’écoute de cet album, proposant des titres aux progressions fort bien amenées, complexes certes mais à la fluidité constante évoquant Elder. Comme chez ces derniers, Witch Ripper offre des dynamiques évolutives et catchy (« Madness and Ritual Solitude », entre sérénité et déchainement de violence sur gros riffs en guise de final), avec un chant souvent dans les tessitures similaires.

Plutôt accessible malgré des durées parfois étendues (les presque dix-sept minutes du titre conclusif, contenant quelques longueurs tout de même), Witch Ripper nous mène ici dans un trip dense et aux mélodies parfois marquantes (« Icarus Equation » au refrain émotionnel imparable). Finalement plus stoner que sludge (avec pas mal de ressemblances avec Mastodon), un second album à la richesse un peu déroutante mais ayant bien de quoi embarquer n’importe quel amateur de gros riffs côtoyant de multiples mélodies progressives.

  1. Enter The Loop
  2. Madness and Ritual Solitude
  3. The Obsidian Forge
  4. Icarus Equation
  5. Everlasting In Retrograde Pts I & II

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *