Guano Apes – Bel Air

Guano-Apes-Bel-Air

Et ben… J’avoue que je les croyais enterrés les allemands de Guano Apes. D’autant plus qu’il me semblait bien avoir aperçu que la chanteuse Sandra Nasic, apaisée, s’était lancée dans une carrière solo, abandonnant ses acolytes…

Pour rappel, en 1998, Guano Apes c’était ça :

Soit finalement de la fusion, et une sorte de réponse allemande plus ou moins aboutie, à KoRn et Rage Against the Machine et l’album paru à l’époque était sympathique dans le genre, à défaut d’être absolument indispensable.

J’avais complètement décroché par la suite (malgré la sortie d’un deuxième album il y a pas mal de temps maintenant), mais il se trouve que le groupe n’est pas mort en fait, et est même revenu il y a quelques semaines, avec ce nouvel album sous le bras.

Terminés le survet’ et les baskets pour l’athlétique Sandra (qui se la jouait un peu trop Jon Davis quand même), qui met cette fois ses atouts féminins en avant, ce dont on ne viendra évidemment pas se plaindre (même si la pose choisie par la miss sur la pochette laisse quelque peu sceptique).

Au programme de ce Bel Air, un très bon petit album, coup de cœur personnel qui tape dans un registre bien différent de celui du premier album. Terminée la fusion, et place au rock, parfois flirtant avec la pop, mais dont l’apparente et réelle simplicité, est quand même sublimée par une Sandra Nasic qui reste une putain de chanteuse/frontwoman, capable d’aller flirter avec le registre d’une Gwen Stefani (le mimétisme est frappant sur « This Time » morceau le plus pop de l’album )avant de vous montrer les crocs la minute d’après (« She’s a Killer » par exemple ou le biennommé « Tiger ») démontrant l’originalité de son timbre et rappelant au passage à ceux et celles qui la prendraient pour une blondasse de plus, ses origines plutôt vénères sur quelques passages bien sentis. A ce propos le contraste entre le départ en douceur, les guitares presque dredgiennes et les refrains enragés de « Fanman » est aussi saisissant que remarquable, faisant de ce morceau le temps fort de cet album qui ne manque pas de charme.

Le groupe aligne les tubes sur 40 minutes, et même lorsque le tempo, plutôt enlevé au global (à l’image du single « Oh What a Night »), ralentit, le résultat n’est pas mou et chiant, mais au contraire assez séduisant et tout à fait convaincant (refrain imparable de « When the Ships Arrive » par exemple, sur lequel Sandra se montre un peu comme le pendant du James Hetfield de « Until it Sleeps »).

Un bien chouette album, qui revient à ma grande surprise très régulièrement sur la platine. Voilà donc un signe qui ne trompe pas…

Tracklist :

01. Sunday Lover (3:58)
02. Oh What A Night (3:12)
03. When The Ships Arrive (4:05)
04. This Time (3:52)
05. She’s A Killer (3:16)
06. Tiger (2:33)
07. Fanman (3:52)
08. All I Wanna Do (3:06)
09. Fire In Your eyes (4:38)
10. Trust (7:07)
11. Fire (3:47)

GROUPES:
STYLE: ,

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 663 articles sur Eklektik.

4 commentaires

  1. Tiens donc! Moi aussi, je les croyais morts et enterrés. Effectivement, un groupe sympatoche! Et pour info, ce n’est pas 2 mais 3 albums studios qu’ils ont produit par le passé, faisant de celui ci du coup leur quatrième.

  2. Waouh! Rien que le youtube de l’article vient de me coller au mur. J’ai jamais autant cliqué sur replay! Je cours trouver le reste!!
    Merci de nous les avoir déterrés!

  3. je ne peux mater cette pochette sans avoir l’impression qu’elle est en train de lâcher un étron. Espérons que ce sentiment ne soit pas le même à l’écoute de l’album

  4. « Espérons que ce sentiment ne soit pas le même à l’écoute de l’album »

    J’irais pas jusqu’à dire « étron », mais bon, …

    Moi je trouve au contraire, qu’elle se met à faire comme toutes les blondasses sur cet album alors qu’avant on avait une musique vraiment originale.

    Tant pis.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • falluja-thefleshprevailsshaq | 27 août 2014
    Fallujah – The Flesh Prevails
    Suivant le groupe depuis The harvest wombs et plutôt enthousiasmé par -Nomadic-, je suis passablement... déçu. Je n'arrive pas à rentrer dans cet album pourtant admirablement produit et exécuté. Trop propre, l'envie de trop bien faire, peut-être. Je suis bien plus impressionné par le pied-de-nez de Morbus Chron ^^
  • theunderachievers-cellardoorkrakoukass | 26 août 2014
    The Underachievers – Cellar Door: Terminus Ut Exordium
    Ils ont des petits yeux les gars en effet... (lol) Sinon c'est pas mal en effet ! Et c'est marrant de voir Portugal. The Man (très bon groupe d'ailleurs) associé à ce duo!
  • falluja-thefleshprevailsellestin | 25 août 2014
    Fallujah – The Flesh Prevails
    énorme
  • falluja-thefleshprevailsjonben | 24 août 2014
    Fallujah – The Flesh Prevails
    J'ai découvert le groupe avec l'EP mais je n'avais pas écouté leur premier album, chose faite depuis et cette écoute confirme leur progression, ce premier album étant de l'ordre d'un death technique travaillé mais assez classique avec seulement quelques touches permettant de deviner l'évolution vers leur style actuel. En...
  • falluja-thefleshprevailskrakoukass | 20 août 2014
    Fallujah – The Flesh Prevails
    Album de l'année pour moi avec le Morbus Chron! Fantastique ce disque.
  • sleepmakeswaves-loveofcartographymadrumo | 19 août 2014
    Sleepmakeswaves – Love of Cartography
    Pas mal du tout !
  • thetidalsleep-vorstellunskraftbeunz | 13 août 2014
    The Tidal Sleep – Vorstellungskraft
    Avec plaisir ! Ravi que ça te plaise ! :)
  • thetidalsleep-vorstellunskraftShaq | 12 août 2014
    The Tidal Sleep – Vorstellungskraft
    Ils ne réinventent pas le Screamo mais c'est très bien fait, avec effectivement un petit quelque chose en plus (les tingueling-tingueling shoegaz peut-être). Belle découverte, merci Beunz.