Retour sur le Wolfthrone Fest : 3 albums de death metal à écouter

3 Commentaires      2 663
Style: death metal old-school / doomAnnee de sortie: 2013

Les 08 et 09 novembre 2013 s’est tenue la première édition du Wolfthrone festival à La Clef (St Germain en Laye dans le 78) avec une affiche assez exceptionnelle pour les amateurs de metal extrême et en particulier de death metal.

Une très bonne édition dont mon propos n’est pas ici d’écrire un live report en bonne et due forme, mais qui me servira plutôt de prétexte pour évoquer les 3 groupes vainqueurs du fest selon moi, et (dans l’ordre chronologique de leur date de sortie) surtout leurs albums -pas encore chroniqués sur Eklektik- qu’il faut pourtant absolument et urgemment écouter (à mon avis) si on s’intéresse au death metal.

Dead Congregation

A écouter : Graves of the Archangels (2008) – Nuclear War Now! Productions

dead congregationUn album vieux de presque 6 ans, mais qui continue à faire autorité en matière de death metal sans concession et qui réussit le parfait amalgame entre le death old school à l’américaine tel qu’il dominait la scène dans les années 90, et la juste modernité. 43 minutes d’assaut d’une grande brutalité, servies par une ambiance ultra prenante (renforcée par la présence de chœurs grégoriens du meilleur effet). On pourrait rapprocher les grecs d’un Immolation ou (pour les plus jeunes) d’un Gojira 3 fois plus extrême notamment (le riffing et l’utilisation des harmoniques sifflantes évoquant par moment les français, en particulier sur « Teeth into Red »). L’album sait parfaitement jongler entre la complexité de certaines structures, la longueur des morceaux parfois conséquente, et un côté « pain dans la tronche » et accrocheur sans pareil. Il faut plusieurs écoutes pour bien percevoir et comprendre ce qui se passe, mais la récompense n’en est que plus grande une fois le travail de découverte effectué. Le 9 novembre, en live, malgré un son pas parfaitement net, les grecs ont cassé les dents et retourné la foule, forts du charisme et de la voix impressionnants du guitariste chanteur, interprétant au passage deux nouveaux morceaux. Graves of the Archangels est un album dantesque, un mètre étalon du genre (certains n’hésitent pas en parler comme du meilleur album de death metal de ces 10 dernières années). La tâche sera réellement ardue pour le successeur de cet album attendu dans les prochains mois.

Venenum

A écouter : Venenum (2011) – Sepulchral Voice Records

Venenum-venenumNé sur les cendres d’Excoriate, Venenum est un groupe allemand. Leur premier album, souvent présenté comme un EP (il dure quand même près de 30 minutes mais contient en fait 3 titres et 3 interludes) est un petit bijou de death metal occulte. Contrairement à Excoriate, il n’est pas du tout question de thrash dans la musique de Venenum qui met tout son savoir-faire au service d’une ambiance horrifique particulièrement bien retranscrite. S’appuyant sur de solides bases old school, le groupe passe de passages plombés installant l’atmosphère à des accélérations scotchantes dont on devient rapidement friand, le tout parsemé de solos mélodiques parfaitement interprétés servis par une production délicieusement old school. D’ailleurs le son de guitare évoque régulièrement celui de Negative Plane (particulièrement frappant sur le fabuleux « Crown of Reversion ») à tel point que Venenum m’apparaît parfois comme le pendant death du groupe américain. Malgré un recours très parcimonieux à des instruments exotiques (tambourin, guitare acoustique et surtout cloche qui donne un côté « From Whom… » à « Sacrosanct Transcendence »), c’est surtout l’utilisation judicieuse des 3 interludes (mention particulière pour « Abominate Ways » qui n’aurait pas dépareillé sur Anthems… de Emperor) placés entre les « gros » morceaux qui contribue à installer cette ambiance géniale digne d’un film d’horreur. Et en live? Et bien, sur la petite scène de La Clef les allemands n’ont eu aucun mal à retranscrire fidèlement l’atmosphère de leur album et se sont révélés pour ma part comme la sensation de la journée du samedi 9 novembre. Vivement un nouvel album pour confirmer tout ça.

Krypts

A écouter : Unending Degradation (2013) – Dark Descent Records

krypts-unending-degredationLes outsiders gagnants du fest pour moi! Autant je connaissais et appréciais déjà les deux albums précités (même si je les apprécie encore plus aujourd’hui après avoir vus les groupes en live), autant je n’avais pas écouté ce Unending Creation fraîchement sorti en début d’année. La faute à des descriptions évoquant souvent (à raison) les accointances doom des finlandais. Or le doom m’ennuie généralement et me tire bâillements sur bâillements. Mais derrière tout principe il y a souvent des exceptions et Krypts en est une belle avec son ambiance de caveau empaquetée dans une production à la suédoise parfaitement adaptée. Servant un death metal old school largement mâtiné de passages doom (metal) typiquement finlandais, le groupe sait trouver la juste mesure entre accélérations frénétiques et passages lourds plombants, souvent amenés et soutenus par des solos ou des leads particulièrement lumineux et mélodiques. Difficile de ne pas succomber par exemple devant la doublette « Open the Crypt » / « Dormancy of the Ancients » (l’enchaînement des deux étant tellement bien amené qu’on a l’impression que « Dormancy » est vraiment la suite du même morceau). En live le vendredi, vous l’avez compris, je n’attendais rien de Krypts et j’ai été simplement emporté, captivé par les finlandais, mon regard passant du jeune chanteur (dont la voix contraste terriblement avec l’air juvénile de ce blondinet aux cheveux longs) au guitariste à cheveux courts, auteur de la plupart des leads et solos cristallins qui jouent un rôle énorme dans la musique du groupe. Sur la petite scène, avec un très bon son, les finlandais ont largement remporté la partie en tant que « groupe de la première soirée » et peut-être (pour ma part) groupe du fest. Et ce Unending Degradation est tout simplement un des meilleurs albums de l’année, à ne pas rater.

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. shaq says:

    Merci pour cet article, qui va me replonger dans les abîmes du Death Metal avec un grand plaisir !

  2. AxGxB says:

    L’album de KRYPTS, c’est « Unending Degradation » ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *