We Lost The Sea – Departure Songs

Pas de commentaires      1 141
Style: post-rockAnnee de sortie: 2015Label: Bird's Robe Records/Art As CatharsisProducteur: Tim Carr

Departure Songs, un titre tel un nouveau départ pour We Lost The Sea, groupe australien officiant jusqu’alors dans un post-metal déjà fortement immersif (sur Crimea en 2010 puis sur The Quietest Place On Earth en 2012), évoquant des influences telles qu’Isis. Trois ans plus tard, dont deux dédiées à l’écriture de ce troisième album, le groupe de Sydney signe son retour de la manière la plus étonnamment apaisée qui soit.

Car We Lost The Sea a troqué son post-metal contre du post-rock. Le chant arraché a été éclipsé au profit d’atmosphères instrumentales aux nuances travaillées dans leurs moindres détails. Et le résultat est simplement renversant ! Dès A Gallant Gentleman, on se prend de plein fouet la nouvelle force émotionnelle du sextet: d’abord minimaliste avec ses notes de guitare seules, ce titre possède une progression toute en douceur et aux arrangements finement amenés avec pour point d’orgue la participation d’une chorale (de jeunes filles d’un collège local) faisant passer ce joli titre introductif à quelque chose de bouleversant. Bogatyri poursuit dans un post-rock plus « typique », commençant par du contemplatif avant de s’emballer dans une rythmique plus nerveuse faite de trémolos au rendu épique.

The Last Dive Of David Shaw débute par quelques bruitages étranges avant de démarrer avec des arpèges envoutants, on ne sait pas trop à ce moment quelle va être la tournure des évènements car ces notes se révèlent plutôt tristes. Un étonnant petit silence plus tard et ce titre redémarre, toujours avec cet aspect désespéré mais différemment, en retenue d’abord accompagné d’un violoncelle du meilleur effet avant d’enfin exploser (in the sky, forcément).

Les deux derniers titres n’en sont qu’un en deux parties consacrées à Challenger, l’expédition spatiale ayant tourné à la catastrophe en 1986. La première partie Flight s’ouvre par un discours (sûrement d’époque) avant que le morceau ne débute vraiment. La progression est très lente mais conserve de bout en bout cette faculté à hypnotiser, tant dans ses passages déchirants que dans ses moments plus nerveux (et même dans les plus surprenants comme ce passage synthétique autour du quart d’heure, parfaite transition avant un retour des riffs plus énergiques). 23 minutes (!) particulièrement saisissantes durant lesquelles les images appropriées reviennent en mémoire. La seconde partie de Challenger, judicieusement appelée A Swan Song, conclut ce voyage un peu comme il avait commencé, en subtiles nuances nous ramenant sur le terrain plus vaporeux d’un Hammock (groupe qui d’ailleurs signé lui aussi son Departure Songs, coïcidence ?), afin de parfaire l’atterrissage de l’auditeur.

We Lost The Sea montre au final un nouveau visage très convainquant avec ce Departure Songs, album tel un doux trip sensoriel aux émotions tantôt larmoyantes, tantôt galvanisantes. Les amateurs de post-rock peuvent tranquillement jeter leur dévolu sur cet excellent groupe australien.

  1. A Gallant Gentleman
  2. Bogatyri
  3. The Last Dive Of David Shaw
  4. Challenger part 1 – Flight
  5. Challenger part 2 – A Swan Song

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *