Palehørse – Palehørse

Pas de commentaires      304
Style: Rock Metal burnéAnnee de sortie: 2019Label: Indie Recordings

On sent depuis quelques temps une volonté nouvelle chez le label Indie Recordings d’aller chercher des groupes qui brassent les genres, passant du metal au rock, voire même en allant jusqu’à la pop, pour venir compléter un roster dans lequel on trouve également des valeurs sûres du death (Obliteration par exemple), du black/pagan (Kampfar) aux côtés d’autres comme The Erkonauts, et In Vain. On salue cette initiative dans laquelle on se retrouve carrément (en tout cas pour ma part). Après Ribozyme dont j’ai déjà pu vous parler en début d’année, voici donc maintenant Palehørse, et nous aurons l’occasion de parler très prochainement de Maraton, encore un groupe venu du froid signé chez Indie, et qui mérite aussi largement qu’on s’y attarde.

Palehørse sont finlandais, et ont semble-t-il récemment changé de nom (Amendfoil était leur précédent patronyme avec lequel le groupe avait déjà sorti 2 albums) avant de rejoindre Indie Recordings.  On retrouve plusieurs points communs chez ces groupes nordiques qui mélangent le rock et le métal : un focus sur la mélodie d’abord, sans pour autant rechigner à balancer la dose de riffs bien gras (ce que l’on peut constater dès le démarrage de « Dead Wrong » d’ailleurs, mais aussi sur « Pale Horse » que vous pouvez écouter ci-dessous). L’autre point commun c’est un chanteur très compétent, ce qui s’avère décisif surtout lorsque l’on place la mélodie au cœur des compos comme le font ces groupes.

Au rayon des références, les tricotages guitaristiques de « The Passenger » ou « Less than a Ghost » pourront faire pas mal penser à du Mastodon, mais les américains ne sont pas une référence omniprésente ni encombrante à l’écoute de Palehørse, puisque le registre du groupe est aussi parfois plus soft comme sur « Darken Waters » et ses couplets très légers, un peu contrebalancés quand même par un refrain plus costaud sur lequel le chanteur du groupe Lassi Mäki-Kala fait la démonstration de ses aptitudes vocales pour aller taper dans un registre plus dur un peu à la Cancer Bats. De même « Catalyst » se veut un interlude à la guitare sèche très posé, avant que les finlandais cassent la baraque sur « Catharsis », qui est pour le coup le titre le plus rentre-dedans de l’album avec un refrain jouissif en diable.

Le timbre de Mäki-Kala mérite de s’y attarder car son aisance à passer d’un registre proche de celui d’un Justin Suintor (Painted Wives) à un registre qu’on pourrait rapprocher de celui de Liam Cormier donc (Cancer Bats) joue un grand rôle dans la variété et la dynamique que parvient à insuffler Palehørse à sa musique, et lui permet de demeurer intéressante 10 titres durant et sur près de 40 minutes.

Sans jamais réinventer la poudre ou faire preuve d’une démentielle originalité (who cares?) Palehørse réussit néanmoins à proposer un album très efficace qui mérite quelques écoutes.

Tracklist :
01 – Dead Wrong
02 – Pale Horse
03 – The Passenger
04 – Darken Waters
05 – Catalyst
06 – Catharsis
07 – Odious
08 – Less than a Ghost
09 – Omnivore
10 – Quicksand

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 873 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *