Le ruban blanc

1 Commentaire      2 028
Annee de sortie: 2009

Chronique d’un village allemand à l’aube de la première Guerre Mondiale, Le ruban blanc se dessine comme une fresque réaliste qui revendique son classicisme, inspiré par les films de Bergman ou par La Nuit du chasseur de Laughton (le personnage du pasteur). On est frappé d’emblée par cette photographie en noir et blanc, par ces costumes et ces décors d’époque, habitués que nous étions à voir évoluer les personnages d’Haneke dans la société contemporaine. Autre changement majeur par rapport aux œuvres précédentes du cinéaste autrichien, le passage de l’observation d’un microcosme (avec pour noyau la famille dans Benny’s Video, Funny Games, Le septième continent ou La pianiste) à un autre (celui plus vaste du village). Le tout avec une réussite relative, car ce qu’Haneke gagne en élargissant son cadre (interférences entre les protagonistes, peinture analytique d’une époque), il est obligé de le délaisser pour des raisons de durée du film (immersion plus profonde dans la psychologie des personnages), et ce malgré les 2h30 que durent la projection. Il est d’ailleurs intéressant de noter que le réalisateur souhaitait au départ réaliser une série pour la télévision, ce qui aurait sans doute permis de pénétrer plus en détail les personnages.

Mais il s’agit d’un des seuls défauts du film, dans lequel on s’enlise lentement, immergé progressivement dans ce climat oppressant et austère, observateur des autorités castratrices en place dans cette société du châtiment. Les hiérarchies sociales sont clairement établies (baron-pasteur-régisseur-instituteur-paysans), et la faillite morale des autorités en place agit en catalyseur des perversions et des mesquineries présentes en tout un chacun. La Grande Guerre se profile en toile de fond, elle qui sera finalement l’unique échappatoire aux incidents qui émaillent le village, alors que l’on passe d’une lutte à une autre, du combat de la vie de tous les jours à la première Guerre Mondiale, comme si toute forme d’existence sans rapports de force était impossible.

En parallèle à cette vision pessimiste, Haneke tente également d’analyser l’origine du mal, tandis que se profile une génération qui sera celle du nazisme. Pour autant, Le ruban blanc, comme les précédentes œuvres du cinéaste, n’offre pas d’explications immédiates, se refusant à toute manipulation et laissant le spectateur dans l’expectative, dans le labyrinthe de ses pensées. Libre, tout simplement…

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xad7gx_le-ruban-blanc-bande-annonce-vost-f_shortfilms[/dailymotion]

Up Next

Sur le même sujet

Commentaire

  1. Angrom angrom says:

    Un film marquant, dans tous les sens du terme. J’avais vraiment bien aimé mais j’ai le souvenir d’être ressorti de la salle bien tourneboulé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *