Thecodontion – Supercontinent

Pas de commentaires      991
Style: death metal préhistoriqueAnnee de sortie: 2020Label: I, Voidhanger Records/Repose Records

On peut faire du death metal sans être obligé de parler de sujets morbides et/ou monstrueux. Originaire de Rome, Thecodontion est un duo dont le concept se distingue par son originalité: en effet celui-ci est axé sur la Préhistoire, mais attention, pas uniquement (voire pas du tout) sur les dinosaures mais avec une véritable recherche sur l’évolution géologique ou des océans il y a quelques millions d’années. Une optique inédite (ou presque, The Ocean ayant ratissé dans le coin sur Precambrian) allant de pair avec un death metal iconoclaste, semblant vouloir correspondre à un concert d’hommes préhistoriques par son aspect globalement primitif.

Beaucoup d’éléments justifient cet adjectif en effet, Supercontinent a une production bien crade, assez raw avec une (double) basse ultra ferrailleuse (et très chaotique) qui se trouve souvent aux avant-postes tandis que la batterie apparaît bien loin dans le décor (parti pris auquel on s’habitue assez vite, cela renforçant l’aspect roots). Vocalement le nommé G.E.F. se met dans la peau (de bête) d’un cro-magnon enragé, partant régulièrement dans des borborygmes insaisissables (« Kenorland ») souvent baignés dans la réverb. Et pourtant à côté de ce tableau essentiellement composé de polyrythmies frénétiques, sales et complexes (rappelant un peu ce que fait Antediluvian), des harmonies naissent grâce aux envolées mélodiques (créées par une seconde basse, point de guitare ici excepté une guitare baritone pendant « Laurasia-Gondwana ») au rendu unique, semblant parfois improvisé, apaisant (ou apportant plus de nerfs dans leur version solo virtuose) les progressions qui seraient restées trop abruptes sans cela (« Ur », « Rodinia » ou « Pangaea » particulièrement épique). Pour du véritablement apaisant, les interludes « Lerova », « Tethys » et « Panthalassa », aux atmosphères davantage post-metal, viendront permettre une respiration bienvenue entre deux assauts technico-chaotiques.

Avec sa thématique plutôt unique pouvant vous aider si vous avez encore des cours d’Histoire sur la tectonique des plaques, Thecodontion défie les oreilles des auditeurs par la création d’un son singulier, sauvage et difficile à encaisser mais contrebalancé par des idées mélodiques, certes parfois peu évidentes de prime abord, mais qui forment au final un passionnant Supercontinent.

  1. Gyrosia
  2. Vaalbara
  3. Ur
  4. Kenorland
  5. Lerova
  6. Nuna
  7. Rodinia
  8. Tethys
  9. Laurasia-Gondwana
  10. Pangaea
  11. Panthalassa

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *