Lorne Malvo – S/T

Pas de commentaires      155
Style: screamoAnnee de sortie: 2020Label: Zegema Beach Records

Amateurs de films des Frères Coen ou de séries un peu plus récentes, vous aurez peut-être fait le rapprochement avec le nom de ce jeune groupe. Lorne Malvo est en effet l’un des personnages de Fargo, mais surprise, le groupe n’est pas originaire du Dakota du Nord comme la ville, mais du Mans. Pour son premier EP, les manceaux ont mis en ligne ça gracieusement sur Bandcamp en mai dernier avant de se faire repérer par le très bon Zegema Beach Records, l’occasion de mettre en lumière l’une des meilleures sorties screamo de l’année…

…si ce n’est la meilleure ! Le jeune groupe débarque en effet avec une belle fraîcheur dans ces quatre titres de grande classe. Puisant d’évidentes influences chez Daïtro ou Birds In Row, Lorne Malvo exploite toutes les facettes du screamo entre explosivité et fragilité, coulées dans de très solides compos aux mélodies désespérées incroyablement saisissantes. On passe dans celles-ci entre fracas et passages apaisés (le pont de « Bleue Couture » ou l’intro de « Noyé »), un jeu sur les nuances parfaitement maîtrisé, le groupe transmettant de puissantes émotions tant dans ses phases agressives que dans celles en retenue. Ce premier EP se conclut sur l’impressionnant « A L’Intérieur De Mes Rides », d’abord tendu puis attendri durant un passage post-rock du plus bel effet avant de repartir de plus belle (entre déchirure et parties plombées). Un titre somptueux qui me rappelle un peu ce que fai(sai)t les haut-savoyards Le Pré Où Je Suis Mort.

Bref, Zegema Beach ne s’y est pas trompé, Lorne Malvo signe avec cet EP un superbe premier jet. Le screamo à tendance mélodique des manceaux promet énormément pour la suite de leur – apparemment – jeune carrière, de quoi mettre les fans de french screamo, de Raein et d’Envy en ébullition. Hâte d’entendre le successeur de cette pépite !

  1. A Jamais
  2. Bleue Couture
  3. Noyé
  4. A L’Intérieur De Mes Rides

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *