MSW – Obliviosus

Pas de commentaires      94
Style: doom metalAnnee de sortie: 2020Label: Gilead Media

MSW est le nouveau projet du mystérieux bonhomme au pseudo aux mêmes trois lettres, une similarité signifiant bien que ce projet est son plus personnel. Si dans Hell il apprécie installer malaise et agonie, cet Obliviosus s’inscrit davantage du côté de MSW Cloud, autre projet où il fait entendre sa facette la plus sensible principalement à base de piano minimaliste. Ou bien non, on est en réalité ici plus ou moins entre les deux, la fragilité côtoyant quelques accès rageurs.

Obliviosus est un album de deuil, dédié à la mémoire du frère de M.S.W. (lui aussi nommé par ses seules initiales R.A.W.) décédé il y a une dizaine d’années. L’entame « O Brother » est donc immédiatement poignante, débutant par du chant féminin angélique (de Karli Mcnutt), surprenante par son approche doom claire et mélodique (en comparaison avec l’épreuve sonique Hell) avec un ajout de violon renforçant l’effet de tristesse. On retrouve ensuite la voix criée du gaillard mais ainsi enrobée de cette ambiance funéraire, confirmant que c’est bien de désespoir dont il s’agit ici.

« Funus » continue dans la mélancolie, ce piano minimaliste collant bien des frissons (très proche de Cloud), tandis que « Humanity » laisse entendre le timbre de voix clean de M.S.W. Enfin, la pièce de résistance « Obliviosus » termine cet album par presque vingt minutes toutes en contrastes: d’abord instrumental avec violon et piano, on est soudain happé par les douloureux cris du monsieur tandis que musicalement, le pouvoir d’élévation se révèle d’une incroyable intensité.

Remerciant la dépression, la peur et la misère (qui ont, pour ainsi dire, été mises en musique), MSW rend ici un bouleversant hommage à son frère tragiquement disparu. Douleur et apaisement allant de pair au milieu de superbes harmonies, Obliviosus est un joli album catharsis à la thématique du deuil (et de sa frustration) touchant forcément n’importe quel auditeur à un moment de sa vie.

  1. O Brother
  2. Funus
  3. Humanity
  4. Obliviosus

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *