Obisidian Kingdom – Meat Machine

3 Commentaires      196
Style: Metal barré Annee de sortie: 2020Label: Season of Mist

Les barcelonais d’Obsidian Kingdom avaient dès leurs débuts adopté une démarche originale sur des fondations black metal sur le très bon Mantiis. J’avoue ne pas m’être attardé sur leur deuxième album qui m’était apparu moins intéressant et je les ai retrouvés en 2020 avec un Meat Machine, dont le titre et la pochette annoncent je pense plutôt clairement la couleur. Obsidian Kingdom a décidé de partir dans le metal barré tournant complètement le dos au black metal dont il n’était je crois de toute façon déjà plus question sur le précédent album du groupe.

Mais ce virage amorcé aussi suite à plusieurs changements de line-up et à de nombreux départs, les espagnols l’abordent avec classe et un professionnalisme qui force le respect. Ne bloquez pas sur la pochette de l’album, assez immonde, vous passeriez à côté d’une petite pépite travaillée aux entournures, barrée mais mélodique et surtout pas hermétique. Difficile de les comparer à une autre formation désormais même si je serais tenté de les rapprocher finalement d’un 6:33 débarrassé de son côté « circus » et des influences FNM, pour focaliser davantage son attention sur son côté le plus sombre. On peut également voir quelques accointances avec l’approche expérimentale mais mélodique d’un Ulver moderne comme sur le superbe « Flesh World » sur lequel le chant féminin est la star du morceau. Le groupe tente aussi d’introduire quelques dissonances à la Daughters, comme sur « The Edge » ou « Vogue » (sur lequel les vocaux peuvent s’avérer un brin saoulants mais cela ne dure pas longtemps heureusement) mais de façon très légère en ne tombant jamais dans le délire chaotico-noisy et ne prenant jamais (heureusement) le pas sur les mélodies à l’exception de certains passages un peu plus pénibles sur un « Womb of Wire » un peu plus extrême que le reste de l’album.

Le groupe n’hésite pas à recourir à l’électronique tout au long de l’album à grand renfort de boucles et autres effets pour servir son propos tout en restant un groupe organique, en témoignent les parties de guitare qui sont pour certaines juste à tomber par terre (à l’image du solo magnifique et impressionnant sur « Mr Pan »). Obsidian Kingdom est en 2020 un groupe proposant une démarche arty qui peut rebuter mais qui semble plutôt courageuse et pertinente d’autant qu’il n’oublie jamais l’efficacité et l’accroche dans sa musique, les morceaux de bravoure étant légion sur cet album, l’album s’avérant plutôt digeste.

Reste à savoir si le groupe saura trouver son public : rien n’est moins sûr vu le peu d’articles ou de chroniques qu’on aura pu lire durant l’année sur cet album courageux qui aurait pourtant mérité de jouir d’une meilleure exposition. Il n’est pas trop tard pour rattraper le coup!

Tracklist :
01 – The Edge
02 – The Pump
03 – Mr Pan
04 – Naked Politics
05 – Flesh World
06 – Meat Star
07 – Spanker
08 – Vogue
09 – Womb of Wire
10 – A Foe

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 987 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. Dun23 says:

    Ce truc est excellent, la référence à 6:33 m’y a fait venir mais je reste vraiment pour Obsidian Machine.

  2. Dun23 says:

    Non, je parle Obsidian Kingdom, mon cerveau a buggé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *