Pilori – Quand Bien Même L’Enfer et le Déluge S’abattraient sur Nous

1 Commentaire      266
Style: grind/death/blackened hardcoreAnnee de sortie: 2022Label: 7 Degrees/Abyssal Cvlt/Bad Moon Rising/Black Omega Recordings/Black Terror Distro/BRC-30/Coups de Couteau/Hecatombe Records/Itawak Records/Loner Cult/Sleepy Dog Records/Terrain Vague/Ugly & Proud Records/Wrecking Crew Records/Total Dissonance WorshipProducteur: Bertrand Lebourgeois

Après un remarquable premier essai (A Nos Morts) sorti il y a deux ans, les rouennais font enfin leur retour avec un nouvel album au titre annonciateur d’un bien sombre programme. Quand Bien Même L’Enfer et le Déluge S’abattraient sur Nous se place bien dans la continuité de son prédécesseur, le quartet appréciant toujours autant diluer sa colère (noire) dans un conglomérat de riffs bien massifs et de tension perpétuellement à vif.

L’accueil se veut particulièrement hostile avec « De Guerre Lasse », introduction in your face qui débute tel du Nails avant de nous gratifier d’un imposant break faisant partir ce titre dans une atmosphère plus ralentie (mais qui redémarrera plus tard dans le plus grand des fracas !) conservant ce parti pris écrasant. Et ce n’est alors que le début ! Ce nouvel album est un modèle de pilonnage en règle alternant les parpaings, tantôt distribués à la volée en pleine gueule (« Meurtrière », « Maelström »), tantôt tombant plus lentement et insidieusement sur les cervicales comme sur « Quand Bien Même L’Enfer… » (et sa seconde partie sludge) ou la conclusion « …Et Le Déluge » (à l’intro venant ajouter une lichette de sensibilité à la sauvagerie venant de déferler… mais pas trop longtemps).

Bénéficiant d’une qualité sonore particulièrement percutante (signée Bertrand Lebourgeois à l’enregistrement, Cyrille Gachet au mix), ce nouvel album apparait encore plus imposant qu’A Nos Morts, jouant à nouveau avec les nerfs de l’auditeur qui ne voit la tension que rarement s’abaisser. Les vocaux de Gr sont monstrueux, le guitariste R et le bassiste J sont tels des bâtisseurs de murs opaques tandis que Gu varie les rythmiques avec aisance (mais semble bien préférer les blasts version torrentiels).

Plus death/grind qu’auparavant dans sa globalité, Quand Bien Même... offre aussi de nombreuses variations dont Pilori est friand: black metal sur « Une Livre de Chair » ou chaotique sur « En Haut des Cimes ». Des inspirations faisant partie de la personnalité du groupe et qui nourrissent constamment leurs envies de destruction. Une magistrale confirmation très chaudement recommandée aux amateurs de The Secret ou d’All Pigs Must Die !

  1. De Guerre Lasse
  2. Meurtrière
  3. Entre Chien et Loup
  4. Maelström
  5. Quand Bien Même L’Enfer…
  6. Une Livre de Chair
  7. Où Gisent Les Ancres
  8. Au Prix de Tous les Sacrifices
  9. En Haut des Cimes
  10. …et le Déluge

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. Sam says:

    Cette lourdeur, ça m’évoque un peu Ananda… bien bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.