Enslaved – RIITIIR

4 Commentaires      2 858
Style: Black ProgressifAnnee de sortie: 2012Label: Nuclear BlastProducteur: Ivar Bjornson, Grutle Kjellson, Herbrand Larsen, Iver Sandoy

Eh ben dites donc, c’est un Enslaved en grande forme qui nous revient là ! Je ne sais pas ce qui les motive à écrire du côté de la bande à Grutle Kjelsson et Ivar Bjornson, mais force est de constater que ce nouvel opus pourrait bien constituer une nouvelle pierre angulaire d’une discographie déjà exemplaire. Après deux très bons albums (Axioma Ethica Odini, et Vertebrae), mais tout de même un peu en dessous de ce qu’ils avaient fait bien avant, ce nouvel album redresse le cap vers l’excellence qui nous avait été servie entre 2001 et 2006 (soit de Monumension à Ruun inclus).

Depuis que je l’ai en ma possession, ce 12ème album d’Enslaved me hante jour et nuit. RIITIIR est dès le départ très addictif et retrouve une cohérence que n’avaient pas (ou plus) leurs prédécesseurs.

Les 8 titres qui le composent s’enchaînent naturellement, comme si l’on était happé, au point qu’il est impossible d’en décrocher avant la fin. La longueur des titres peut faire peur (entre 8 et 11 minutes pour la grande majorité) mais ils passent incroyablement bien l’épreuve des écoutes répétées. Tous d’un niveau d’écriture très élevé, on peut en sortir du lot quelques uns comme « Thoughts like hammers » lourd, presque Neurosien dans l’âme, ou « Death in the eyes of dawn » tout en subtilités progressives. Le splendide « Roots of the mountain » reprend quelque peu l’architecture type de titres comme « Violet dawning » sur Isa (intro/couplet rageurs suivi d’une envolée mélodique hyper accrocheuse), tandis que « Storm of Memories » surprend par ses dissonances presque Voïvodiennes. Et que dire du dernier morceau, « Forsaken », magnifique, noir et glacial, avec son intro fantomatique au piano. A noter, le passage ambient à environ 1/3 du morceau qui ne peut être qu’un clin d’oeil au titre « On the run » de Pink Floyd. Je trouve la référence trop flagrante pour être involontaire connaissant l’amour porté au rock progressif par le groupe. Faites la comparaison, vous verrez. Les autres titres de l’album sont tout aussi passionnants, que ce soit le très beau et magique « Veilburner », le plus complexe « Riitiir » ou le désabusé « Materal ». Chaque morceau de cet album procure sa dose de plaisir, aucun ne peut être raisonnablement mis de côté, aucun ne mérite l’humiliation de la touche « skip ». La maîtrise de tous les éléments, que ce soit la musique ou les voix, est impressionnante. A ce titre, le chant en voix claire a rarement été aussi bien intégré au sein du groupe. C’est une merveille à écouter.

Malgré seulement 8 titres, RIITIIR est d’une richesse incroyable, épargnant toute lassitude à l’auditeur. On y trouvera toujours quelque chose que l’on n’avait pas entendu avant, ou un passage que l’on attend avec envie en sachant que ça va propulser le morceau vers d’autres sphères. En restant sur les bases de leurs derniers albums, les norvégiens ont encore atteint un nouveau niveau dans la maîtrise de leur musique. RIITIIR explose les acquis obtenus depuis 2001, en livrant un album extrêmement abouti de A à Z. RIITIIR me laisse le même sentiment qu’après avoir écouté Below The Lights pour la première fois. L’impression d’avoir un objet unique dans mes mains. Ce genre de disque, je crois que ça s’appelle tout simplement un chef d’oeuvre.

01. Thoughts Like Hammers
02. Death In The Eyes Of Dawn
03. Veilburner
04. Roots Of The Mountain
05. Riitiir
06. Materal
07. Storm Of Memories
08. Forsaken

Chroniqueur

Kane

Amateur de metal depuis plus de 20 ans, sans style de prédilection particulier (quoique grand amateur de doom, death & black). Mes plaisirs extra-metalliques vont vers l'indus, l'électro, le trip hop, et le rock en général.

Kane a écrit 28 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. krakoukass krakoukass says:

    Toujours pas une seule faille dans la discographie des norvégiens. L’avenir le confirmera (ou pas) mais cet album est peut-être le meilleur du groupe depuis Isa!

  2. Joss says:

    vous m’avez convaincu, je pense que je vais aller l’acheter :-)

  3. Equipe Eklektik jonben says:

    Je suis gros fan des albums du groupe depuis Monumension, donc on n’avait pas besoin de me convaincre, et j’ai le même avis, Enslaved reviennent avec un album remarquable.
    « Death In The Eyes Of Dawn » a ma préférence pour l’instant, et me fait toujours le même petit effet, l’apothéose prog du groupe.

  4. Angrom angrom says:

    Quatre écoutes au compteur mais ça sent très bon pour ce disque d’Enslaved. Il frappe fort à la porte du top 10 annuel …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *