Black Peaks – Statues

4 Commentaires      2 786
Style: Indie Math Rock MetalAnnee de sortie: 2016Label: Mis

Voilà un nouveau groupe de petits jeunes qui en veulent et en mettent partout comme il faut. Ces anglais menés par un frontman aussi moustachu que possédé vocalement frappent très fort avec leur premier album Statues mais œuvrent dans un style assez complexe à définir au croisement du rock indé, du math rock et du métal progressif.

Leurs 10 morceaux (+ un interlude) sont à cette image, changeants, tour à tour énervés ou plus atmosphériques (le superbe démarrage de « Drones »), alors qu’Andrew Gardner peut faire la démonstration de son grand talent vocal en passant d’un registre clair superbe, à des cris éructés ou plus hardcore, le tout souvent au sein du même titre (comme l’excellent « Say You Will »). On pense même parfois à Devin Townsend comme sur les cris « astmosphériques » qu’il balance sur « Drones » alors que le groupe vient aussi l’épauler avec quelques chœurs bien sentis (« White Eyes » par exemple).

Black Peaks évoquent O’Brother dont j’ai parlé récemment, mais qui croiseraient le fer avec Mastodon, Arcane Roots (avec lesquels ils tournent d’ailleurs) et Cave-In. Difficile à imaginer hein ? Le mieux est encore de se lancer dans une écoute de quelques titres, et vous saurez vite si vous pouvez apprécier ou faites plutôt partie des détracteurs de leur musique à la fois puissante, travaillée jusque dans les moindres recoins, mais souvent très mélodique.

Pour ma part je suis indéniablement conquis et pas qu’un peu : on a simplement ici affaire à une des révélations de l’année à mon sens, un groupe qui promet énormément et qu’il va falloir suivre de près. On n’échappe certes pas à quelques erreurs de jeunesse comme ce chant aigu un peu trop forcé (« won’t savee meeeeeeeeeeeeee ») sur le par ailleurs excellent « Saviour » (titre sur lequel le timbre de Gardner évoque le plus le chant de Stephen Brodsky de Cave-In), mais la fraîcheur, l’énergie et l’intelligence de composition qui se dégagent de ce premier album restent foutrement impressionnants, avec des titres dont les durées varient entre 3 (le très straight in the face « Crooks ») et 7 minutes (« Hang’Em High » et son final expérimentalo-bruitiste), le groupe prouvant régulièrement son aisance à casser ou varier les structures, tout en balançant des refrains marquants et des riffs qui tuent (comme le final relevé de « Set in Stone ») à l’image d’Arcane Roots avec qui on sent une certaine proximité et ressemblance dans cette capacité à taper fort, tout en restant mélodique. Techniquement la purée est envoyée comme il faut, avec notamment un batteur dont la vélocité et le jeu aussi aéré que puissant convainquent rapidement, autant que le jeu du guitariste, capable d’alterner arpèges de toute beauté et cavalcades rappelant Mastodon, ainsi que quelques solos bien sentis et jamais lourdingues ou hors de propos.

Réussir à mélanger ainsi les genres en restant cohérent, efficace et musical est une performance qui mérite d’être saluée. Statues est vraiment un album passionnant, travaillé mais jamais trop complexe pour devenir pénible, rempli de tubes et de passages épiques qui devraient ravir les amateurs éclairés. On devine aisément que ces anglais doivent être particulièrement à l’aise sur scène où leur énergie communicative doit prendre toute sa dimension.

Gros coup de cœur!

Tracklist :
1. Glass Built Castles
2. Crooks
3. Say You Will
4. Hang ‘Em High
5. Set In Stone
6. Saviour
7. Statues Of Shame
8. Drones
9. White Eyes
10. For Those Who Sleep For A Thousand Years Shall Soon Wake
11. To Take The First Turn (Feat Jamie Lenman)

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 861 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

4 Commentaires

  1. ichimatsu says:

    J’avais pas pensé à Devin Townsend, mais oui, c’est vrai qu’il y a aussi quelque chose de ressemblant. Ça m’a aussi fait penser au chanteur de Psykup.
    Je trouve le chant un poil limite par moment, mais c’est juste pour chipoter. Le style est assez indéfinissable, mais l’ensemble apporte une telle énergie et une fraicheur rarement entendue, ça fait du bien.
    Je trouve aussi que l’album aurait mérité d’être un peu plus court, quelques chansons sur la fin ramolissent un peu l’ensemble.
    Le chanteur m’a fait penser à celui de Horse The Band avec sa moustache…
    Autrement un pur album, une belle révélation et un groupe qui promet.

  2. jonben jonben says:

    Le chanteur est effectivement excellent. J’ai pas mal écouté l’album et je suis quand meme un peu mitigé. Leur approche en général est intéressante et plutôt innovante, en tout cas bien personnelle. Il y a pas mal de passages superbes mais je trouve qu’ils gâchent certains morceaux avec des moments moins inspirés. Gros potentiel en tout cas.

    • krakoukass krakoukass says:

      C’est quoi les moments moins inspirés pour toi? Pour moi à part le chant qui en fait parfois un peu trop je trouve que c’est du tout bon musicalement! :)

  3. sébien says:

    Je retrouve du Burst du Mastodon et un peu d’Opeth dans les cordes. La voix est toujours le point merdique de ces groupes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *