Carpenter Brut – Leather Teeth

2 Commentaires      1 478
Style: SynthwaveAnnee de sortie: 2018Label: No Quarter / Caroline RecordsProducteur: Carpenter Brut

La surprise qui fait plaisir en ce début d’année, c’est la sortie de ce nouvel album de Carpenter Brut dont le succès ne se dément pas, et qui commence à faire son trou parmi le grand public. Depuis le temps qu’on en parle sur Eklektik et qu’on s’évertue à louer les qualités du Monsieur, on ne peut que se féliciter de cette percée largement méritée.

Leather Teeth a en effet débarqué sans effet de manche après seulement un maigre teaser lancé fin janvier par Monsieur Brut sans aucune date de sortie officielle.

Quelques jours avant le jour fatidique la rumeur enflait, la sortie de l’album était imminente, sans qu’on ait vraiment de source officielle pour le confirmer (mais au final il s’avère que les vendeurs en ligne ont fuité la sortie du disque en le mettant au catalogue légèrement en avance). Et le vendredi 23 février au matin, il était là tout simplement, avec sa pochette qui claque. Disponible sur toutes les plate-formes de streaming et téléchargement, ainsi qu’en CD dans les crèmeries encore existantes.

Ce genre de surprise est devenu trop rare, et avec elle le plaisir de la découverte totale d’un album à la première écoute sans avoir lu une seule ligne le concernant. Leather Teeth, comme l’illustre clairement la pochette, prend donc la forme de bande originale d’un film fictif. Et la découverte de cette pseudo BO va apporter son lot de surprises là encore, avec le constat que sur 8 titres (pour 32 minutes, c’est court, mais on appuiera sur « play » dès que ce sera fini), 2 sont des titres chantés. Preuve de son rayonnement bien au-delà de nos seules frontières, Carpenter Brut a pu attirer dans ses filets deux nouvelles guest stars de choc pour prêter leur voix à ces 2 titres. A la première écoute de « Cheerleader Effect », il m’a pourtant fallu plusieurs minutes pour réaliser qui chantait sur ce titre, malgré une voix particulièrement emblématique et reconnaissable. Je n’imaginais sans doute pas que Garm lui-même viendrait poser sa voix magnifique sur un titre de Carpenter Brut. Après la claque de l’album d’Ulver l’an passé dans un registre efficace/direct (pour ne pas dire pop), Mister Rygg semble avoir souhaité poursuivre dans une veine orientée « pur plaisir » et bien lui en a pris car « Cheerleader Effect », sans être le meilleur titre chanté réalisé par CB, se positionne néanmoins dans les très bons titres du français (à noter que les paroles ont été écrites par Yann Ligner, chanteur de Klone, qui tient le micro sur la reprise de« Maniac » présente sur le live de Carpenter Brut sorti en 2017).

Autre invité de choix : Khvost, chanteur super actif de Hexvessel, et autres Grave Pleasures (dont je n’ai cessé de vanter les qualités de l’excellent dernier album en date sorti l’an passé), qui vient quant à lui chanter sur l’irrésistible « Beware the Beast », tube en puissance, qui inciterait à danser même le plus paraplégique des paraplégiques.

Pour le reste, le Maître continue à peaufiner son style, à faire ce qu’il sait faire, balancer sa synthwave majoritairement agressive et dansante. Le niveau des 6 titres instrumentaux va d’excellent (« Leather Teeth », « Inferno Galore », « Hairspray Hurricane ») à correct (le très caricatural « Sunday Lunch », sans doute le titre le plus faible de l’album) en passant par très bon (« Monday Hunt », « End Titles »). A noter quelques solos de guitare un peu plus présents que par le passé (notamment sur « Sunday Lunch » ou« Hairspray Hurricane »), assurés sans surprise par Adrien Gousset (Hacride) qui est le guitariste live de Carpenter Brut. On pourra toujours arguer que la musique de Carpenter Brut est toujours aussi « simple » dans ses structures, et peu aventureuse, mais depuis le début la promesse du français est plutôt de proposer quelque chose d’efficace et accrocheur. Pour les expérimentations il faudra aller voir ailleurs.

Il est évident que Leather Teeth pouvait difficilement s’avérer aussi marquant que la (presque déjà) culte trilogie de Carpenter Brut qui a assis sa domination sur la scène synthwave mondiale (aux côtés de James Kent aka Perturbator évidemment). Pour autant cette sortie surprise se montre extrêmement satisfaisante voire même jouissive, et les écoutes répétées montrent bien que la musique de Carpenter Brut n’a rien perdu de son côté addictif et marquant.

Vivement la tournée en mars pour espérons-le, entendre quelques-uns de ces nouveaux titres en live !

Tracklist :
1 – Leather Teeth
2 – Cheerleader Effect
3 – Sunday Lunch
4 – Monday Hunt
5 – Inferno Galore
6 – Beware the Beast
7 – Hairspray Hurricane
8 – End Titles

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 826 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Angrom Angrom says:

    Très bonne chronique et tout à fait d’accord avec toi sur le fond. Vivement le concert

  2. Eric says:

    Excellent album, court mais du coup on ne s’en lasse pas. Etonnant que Carpenter Brut arrive à fédérer aussi bien les amateurs d’electro que les metalleux, la preuve le groupe va au Hellfest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *