Portrayal Of Guilt – Let Pain Be Your Guide

Pas de commentaires      264
Style: blackened screamoAnnee de sortie: 2018Label: Gilead Media/Holy Roar RecordsProducteur: Matt Michel

Sortant de nombreux formats courts depuis l’an dernier (EP, démos et un split avec les excellents Street Sects), Portrayal Of Guilt passe enfin à l’étape supérieure avec ce Let Pain Be Your Guide, premier album d’une mixture de screamo et d’autres éléments sombres, le tout balancé avec une brutalité inouïe.

Les texans possèdent des influences plus que perceptibles, à commencer par Majority Rule. Ainsi à de nombreuses occasions, on serait tenté de se dire que l’on écoute de nouveaux titres des papas de Interviews With David Frost. Entre « A Burden » et « Death Is Gentle », difficile de ne pas sentir la forte filiation qui existe entre les deux groupes, une filiation totalement assumée vu que Matt Michel, guitariste/chanteur, y va de son featuring sur le terrifiant « Daymare » (il produit d’ailleurs aussi tout l’album). On retiendra aussi l’apparition de Maha Shami (chanteuse de NØ MAN, jeune groupe dans lequel figurent des membres de Majority Rule – elle accompagnait d’ailleurs le groupe sur scène l’été dernier, notamment pendant le Fluff Fest) sur « Until We’re Dust » (à la furieuse seconde partie, elle aussi dans l’esprit).

Dernier invité à la fête, Dylan Walker de Full Of Hell pendant « Your War », excellent titre tout en tension, débutant tel du post-punk mais terminant par des growls et un chouette ralentissement sludge. C’est que Portrayal Of Guilt emprunte aussi naturellement des éléments de Full Of Hell, ces explosions de nerfs éructées à cent à l’heure et ce goût pour les phases bidouillages indus récurrentes elles aussi (« Let Pain Be Your Guide », « The Hunger », courtes plongées dans l’angoisse).

En à peine vingt minutes de « screamo revivalism », cet album fougueux nous remémorera les grands noms du screamo/powerviolence autrement dit emoviolence, Majority Rule en tête, Pg.99 et Circle Takes The Square juste derrière. Mais pas uniquement, Portrayal Of Guilt s’aventurant régulièrement dans des eaux un peu plus métallisées, un peu à la manière des débuts de Code Orange (quand ils étaient encore des Kids). En résulte un réjouissant premier album, douloureux certes mais totalement essentiel.

  1. Daymare
  2. Among Friends
  3. A Burden
  4. Let Pain Be Your Guide
  5. Your War
  6. Chamber Of Misery (Pt. II)
  7. Life Holds Nothing
  8. The Hunger
  9. Death Is Gentle
  10. Until We’re Dust

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *